A LA UNEMaroc

Emmanuel Macron serait-il espionné par ses propres services ?

Les épisodes de la dernière série sans attrait autour de Pegasus se suivent et ne se ressemblent pas. Au moins depuis hier, les rebondissements deviennent plus intéressants.

Le coup de tonnerre d’aujourd’hui vient d’un site électronique espagnol OKDIARIO qui dévoile le rapport de son enquête confirmant que si Macron était espionné, il ne l’a jamais été via Pegasus ni par les soins des services de renseignements marocains comme prétendu par plusieurs supports médiatiques, ce jeudi 21 juillet, mais par DarkMatter, produit de la société Edge Group, fabriqué aux Émirats Arabes Unis. Et ce n’est pas fini : ce logiciel, qui présente plusieurs propriétés similaires à celles de Pegasus, a été acquis par la DGSE française qui se trouve ainsi impliquée avec d’autres parties que le site n’a pas nommées. Ledit logiciel permettrait de s’infiltrer dans les téléphones et ainsi écouter les appels téléphoniques, ouvrir la caméra du téléphone espionné, enregistrer et accéder à la boîte de messagerie et à sa localisation.

Okdiario
Okdiario

 

Autre péripétie dévoilée par la même source : le Maroc ne dispose pas du logiciel qui suscite la polémique depuis quelques jours.

Le site d’information espagnol rappelle les relations privilégiées qu’entretiendrait la DGSE française avec des entreprises émiraties. Et souligne que les services français ont choisi d’acquérir DarkMatter au lieu de Pegasus. Quant au Royaume, il n’aurait qu’un géolocalisateur qui détecte la position des téléphones portables.

Par ailleurs, le site assure que les logiciels israéliens sont vendus à des millions de dollars à des États amis avec une clause de confidentialité.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page