Fermeture du gouvernement: Trump et les Démocrates se regardent en chiens de faïence

Donald Trump

La fermeture de pans entiers du gouvernement fédéral US se trouve en cette fin de semaine, encore loin de son épilogue, les postures du Président des Etats Unis, Donald Trump, et des chefs de file du Parti Démocrate au congrès ne trahissant aucune volonté de s’entendre sur un compromis au sujet du mur que le locataire de la Maison Blanche entend construire à la frontière avec le Mexique.

En partant pour l’Irak, où il a visité les troupes américaines, Trump a lancé aux journalistes qu’il ne lâchera rien tant qu’il n’aura pas eu du congrès le budget nécessaire pour la construction du mur, une promesse de campagne qu’il veut ardemment concrétiser se sachant scruté par sa base ultra-conservatrice sur cette question de sécurité aux frontières vitale pour elle.

“Il est impératif d’avoir un mur. La protection des frontières est vitale et non-négociable”, a-t-il martelé.

La fermeture de secteurs entiers du gouvernement fédéral, avait, rappelle-t-on, commencé samedi dernier, lorsque les budgets de fonctionnement de pas moins de neuf départements et de dizaines d’agences fédérales n’ont pas pu être réapprovisionnés par le vote d’un projet de loi intermédiaire au congrès, obligeant, par la même occasion, quelque 800.000 employés fédéraux à rester chez eux.

L’impasse au sujet du financement du gouvernement fédéral a commencé la semaine dernière, lorsque le sénat avait approuvé un compromis bipartisan qui aurait permis au gouvernement de fonctionner jusqu’au mois de février. Ledit projet prévoyait 1,3 milliards de dollars pour la sécurité aux frontières, mais pas spécifiquement pour la construction du mur. La Chambre des représentants a, de son côté, approuvé le même package tout en y insérant 5,7 milliards de dollars, suite à un pressing du Président Trump auprès des Républicains de la Chambre basse.


→ Lire aussi : Trump n’envisage pas la fin du shutdown sans financement du mur

Mais vendredi dernier, un vote de procédure au sénat a démontré que les Républicains manquaient les 60 votes nécessaires pour faire passer le projet de loi avec l’enveloppe nécessaire à la construction du mur. Ce dernier développement a donné lieu à d’intenses négociations entre la Maison Blanche et le congrès. Trump a alors demandé à Mitch McConnell, leader de la majorité GOP au sénat, d’opter pour l’option “nucléaire”, à savoir faire passer le projet de loi à une majorité simple de 51 voix.

Inscrit dans une logique à long terme, McConnell a refusé d’obtempérer craignant de créer un dangereux précédent. Les deux parties n’ont donc pas pu arriver à un compromis ce qui a donné lieu, samedi dernier, au shutdown, le troisième du genre de 2018.

Le leader de la minorité démocrate au Sénat, Charles Schumer, avait alors mis en garde Trump qu’aucun projet de loi ne passerait au sénat avec des dispositions portant financement du mur tout au long de la frontière avec le Mexique.


“M. Le Président, si vous voulez rouvrir le gouvernement, vous devriez tout simplement abandonner le mur”, a insisté le sénateur de New York.

Donald Trump a rétorqué, pour sa part, que les employés fédéraux sont avec lui jusqu’à ce qu’il obtienne gain de cause.

En attendant, le Président Trump et ses adversaires démocrates se regardent en chiens de faïences dans ce poker menteur qui retient en otages des centaines de milliers d’employés fédéraux, et retarde un retour à la normalité tant souhaité par les Américains.