Harvard et MIT attaquent en justice la révocation des visas pour les étudiants étrangers dont les cours restent virtuels

étudiants

Harvard et le Massachusetts Institute of Technology (MIT) ont introduit mercredi une action en justice visant à empêcher l’administration Trump de retirer aux étudiants étrangers leurs visas si leurs universités se tournent exclusivement vers des cours en ligne au milieu de la pandémie de coronavirus.

Les deux prestigieuses universités ont demandé à un tribunal fédéral de Boston une ordonnance d’interdiction temporaire et une injonction permanente contre le plan de l’administration d’exiger que les étudiants internationaux dont les cours se déplacent entièrement en ligne quittent le pays.

“Immédiatement après le week-end du 4 juillet, l’Agence américaine de l’immigration et des douanes (ICE) a jeté Harvard et le MIT – en fait, la quasi-totalité de l’enseignement supérieur aux États-Unis – dans le chaos”, peut-on lire dans la plainte, ajoutant que l’action d’ICE “laisse des centaines de milliers d’étudiants internationaux sans options d’éducation aux États-Unis” à quelques semaines avant le début du semestre d’automne.

“De plus, pour de nombreux étudiants, retourner dans leur pays d’origine pour participer à l’enseignement en ligne est impossible, irréaliste, d’un coût prohibitif et/ou dangereux”, poursuit la même source.

Harvard et le MIT ont annoncé cette semaine qu’ils adopteraient une approche principalement en ligne pour le semestre d’automne. La plupart des autres écoles de la région se préparent à ramener la majorité des étudiants sur le campus sous de strictes restrictions de sécurité.


Harvard a annoncé lundi qu’elle n’autoriserait que 40% de ses étudiants de premier cycle à retourner sur le campus cet automne au milieu de la pandémie de coronavirus tandis que d’autres étudiants continueraient d’apprendre à distance.

ICE a annoncé lundi que les étudiants internationaux aux États-Unis dont les écoles passent aux cours en ligne pour le semestre d’automne devront quitter le pays ou risquer de violer leur statut de visa.

En vertu de la nouvelle règle, les ressortissants étrangers inscrits dans des établissements d’enseignement américains devront quitter le pays à moins qu’une partie de leur charge de cours cet automne soit prise en personne.