Hommage au cinéaste Mohamed Abderrahman Tazi

L’Association Zagora pour le film transsaharien organise, du 22 au 26 décembre, la treizième édition du Festival international du film transsaharien, sous le thème “la Critique, une composante majeure de l’industrie de cinéma”.

L’un des moments forts de cette édition sera l’hommage qui sera rendu au réalisateur marocain, Mohamed Abderrahman Tazi, l’un des vétérans du cinéma marocain, en guise de reconnaissance à tous ses films, indique un communiqué des organisateurs.

Cette manifestation sera également marquée par la programmation, pour la quatrième fois, d’une compétition officielle des longs métrages, représentant plusieurs pays en l’occurrence le Maroc, la France, la Turquie, les Emirats arabes Unis, Malte, l’Iran, l’Irak, la Tchéquie et la Belgique.

Concernant le concours de scénario, ses thématiques seront concentrés autour du Désert et tous les sujets y afférents, à savoir, l’Eau, nomadisme, mode de vie d’oasis, coutumes et mœurs, Kasbahs, ainsi que les changements climatiques, thème qui occupe actuellement le devant de la scène de la société civile dans la région, souligne le communiqué.


Outre le volet des compétitions, le festival consacre sa partie dédiée à la formation au profit des jeunes de la région, avec des ateliers animés par des spécialistes sur le jeu d’acteur et le reportage audiovisuel, ainsi que le film documentaire.

Selon le communiqué, le Master class de cette année qui sera assuré par le scénariste marocain, Mohamed Ariouès, portera sur l’analyse filmique, écriture d’un scénario…

La thématique majeure du Transsaharien cette année tournera autour de la critique en tant que composante essentielle dans l’industrie du cinéma, avec une présence particulière des membres de la fédération africaine des critiques de cinéma qui a décidé d’offrir, exceptionnellement cette année, le prix de la Fédération africaine de la critique, dans le cadre de la compétition officielle.

L’Association Zagora pour le Film transsaharien ambitionne à travers ce festival de lier l’image de Zagora à son ambition de devenir la cité promotrice des valeurs culturelles et humaines de qualité, d’innovation, d’ouverture, de dialogue et de tolérance.