Hong Kong: la police tire du gaz lacrymogène sur les manifestants

Hong Kong
Hong Kong

La police de Hong Kong a lancé des gaz lacrymogènes et utilisé des canons à eau dimanche dans le but de disperser des manifestants antigouvernement qui bloquaient des routes depuis des jours en dehors d’une université.

Les manifestants, qui ont complètement bloqué la circulation dans un important tunnel depuis mercredi dans le cadre d’un effort visant à interrompre la circulation sur l’ensemble du territoire, se sont barricadés à l’université polytechnique de Kowloon et aux alentours.

L’université est située près de l’entrée du tunnel Cross Harbour de l’île de Hong Kong.

Dans la matinée, les manifestants ont réussi à repousser un groupe de partisans du gouvernement qui ont tenté de lever des barricades. Les manifestants ont par la suite remis les barricades.

→ Lire aussi : Hong Kong : la police menace d’utiliser des “balles réelles” face aux manifestants armés


La confrontation entre la police et les manifestants a été temporairement interrompue, la police déployant des camions de canons à eau et des véhicules blindés qui ont chargé à travers les barrages routiers.

La police a mis en garde contre l’utilisation de balles réelles après qu’un policier aurait reçu une flèche à la jambe.

Samedi, des militaires chinois ont quitté leur caserne pour aider à enlever les briques et autres débris placés par les manifestants sur une route en dehors de la Baptist University à Kowloon.

Les protestations suscitées par un projet de loi maintenant retiré, visant à autoriser les extraditions vers la Chine, se poursuivent depuis juin, ce qui représente pour le gouvernement de Hong Kong son plus grand défi depuis le retour de l’ancienne colonie britannique sous souveraineté chinoise en 1997.


Les revendications des manifestants se sont élargies pour inclure une enquête sur les brutalités policières présumées, les grâces accordées aux manifestants arrêtés et la réforme démocratique.