Impact de la Covid 19 sur les PME: Microsoft plaide pour des nouvelles filières d’approvisionnement en Afrique

Microsoft

Microsoft a plaidé pour des nouvelles filières d’approvisionnement en Afrique pour faire face à l’impact de la Covid 19 sur les PME, estimant que l’accord portant sur la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) peut jouer un rôle pour débloquer l’innovation, la croissance et la productivité sur le continent.

“Le défi consiste maintenant à établir de nouvelles filières d’approvisionnement en Afrique. L’accord portant sur la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) peut jouer un rôle pour débloquer l’innovation, la croissance et la productivité sur le continent, en particulier pour son segment des PME, en traduisant le pouvoir d’achat en développement économique”, explique Microsoft dans un communiqué, notant qu’il est essentiel d’anticiper et d’atténuer l’impact des événements mondiaux imprévus sur la gestion de la chaîne d’approvisionnement si l’on veut que les PME, qui dépendent des marchandises provenant d’une zone touchée, puissent survivre.

Les petites entreprises sont souvent les plus vulnérables aux événements et menaces imprévus en raison de leur taille et de leur manque de ressources, rappelle la même source, relevant que ces PME n’ont souvent pas de plan pour faire face aux perturbations de la chaîne d’approvisionnement.

Les chaînes d’approvisionnement des petites et moyennes entreprises (PME) des régions centrales du monde entier ont été gravement perturbées à un niveau sans précédent, et avec un délai de résolution imprévisible alors que le virus continue d’affecter la production industrielle, fait observer le communiqué, notant que les entreprises qui importent habituellement des biens pour les revendre, en particulier les PME, sont incapables de poursuivre leurs activités normalement à cause des perturbations du commerce.

La même source souligne que les plateformes de commerce numérique et les progrès dans des domaines tels que l’analyse numérique et l’intelligence artificielle peuvent contribuer de manière significative à atténuer les risques de fragilité de la chaîne d’approvisionnement, précisant que des solutions flexibles de cloud computing, des logiciels de collecte et d’analyse de données et des logiciels d’automatisation peuvent tous contribuer au succès des PME à l’ère numérique.


Le cloud computing donne également aux entreprises la possibilité de pénétrer, de manière rentable, de nouveaux marchés, poursuit la même source, ajoutant que cela est particulièrement bénéfique pour les PME, qui manquaient souvent de ressources ou d’infrastructures pour se développer auparavant.

Les partenariats avec des entreprises comme Jumia au Kenya et au Nigeria mettent également les solutions Microsoft à la disposition des PME en monnaie locale, indique le communiqué, soulignant en outre qu’à ce jour, le commerce intra-africain est relativement limité ; la CNUCED, le principal organe des Nations unies chargé du commerce, a déclaré qu’il ne représentait que 10,2 % du commerce total du continent en 2010. Entre 2010 et 2015, les combustibles ont représenté plus de la moitié des exportations africaines vers les pays non africains, tandis que les produits manufacturés ne représentaient que 18 % des exportations vers le reste du monde.

En créant un marché continental unique pour les biens et les services, les États membres de l’Union africaine espèrent stimuler les échanges commerciaux entre les pays africains, selon la même source qui fait remarquer que certaines études ont montré qu’en créant un marché panafricain, le commerce intra-africain pourrait augmenter d’environ 52 % d’ici 2022, bien que ces prévisions soient probablement revues à la baisse en raison de l’influence de la pandémie sur l’économie locale et mondiale.

Quoi qu’il en soit, un meilleur accès au marché permet de réaliser des économies d’échelle, affirme Microsoft, soutenant que combiné à des politiques industrielles appropriées, cela contribue à la diversification du secteur industriel et à la croissance de la valeur ajoutée manufacturière.


Les plateformes numériques et l’adoption de la technologie mobile constituent des canaux efficaces pour l’échange de valeurs, relève le communiqué, affirmant qu’en regroupant la demande sur le continent, ces plateformes donnent aux petites et moyennes entreprises la possibilité d’accéder à de nouveaux marchés et d’offrir ou d’identifier des biens et services auparavant limités par des contraintes de localisation et des coûts de commercialisation.

Ces plates-formes créent un effet de diversification qui renforce la robustesse des chaînes d’approvisionnement, souligne le communiqué, précisant que des start-ups comme CoinAfrique, qui est basée à Dakar, au Sénégal, fournissent un accès aux marchés pour les PME grâce à leur plateforme de petites annonces gratuites pour des produits neufs et d’occasion, qui permet aux utilisateurs de gagner de l’argent en vendant ce qu’ils n’utilisent pas et de trouver des bonnes affaires.

L’application compte actuellement plus d’un million de téléchargements – et l’équipe cherche maintenant à atteindre 10 millions d’utilisateurs actifs dans toute l’Afrique francophone, rappelle le communiqué, notant que d’autres plateformes, dont Biz4Afrika, permettent aux entrepreneurs et aux PME d’accéder à des informations et des ressources commerciales précieuses, à des financements et à des marchés, ce qui stimule la croissance des petites entreprises.

Une force puissante qui stimule le commerce transfrontalier est le progrès accéléré de la technologie numérique dans des domaines comme la logistique commerciale, le traitement automatisé et les paiements électroniques, l’accès immédiat et l’échange d’informations et de documents commerciaux, estime Microsoft, ajoutant par ailleurs que la trésorerie est toujours un défi pour les PME, mais pas beaucoup plus que lorsque le commerce est limité par des facteurs externes.


Il est toujours délicat pour les PME de trouver un équilibre entre les besoins en fonds de roulement et la disponibilité des stocks, précise le communiqué, expliquant que la croissance du secteur des technologies financières (« fintechs ») simplifie effectivement tout défi de transaction en créant de multiples canaux de paiement.

De nombreuses start-ups fintech à travers l’Afrique visent à promouvoir l’accès des PME à des options de financement qui ne leur étaient pas accessibles auparavant, ce qui ouvre également des possibilités de commerce à une plus grande échelle que ce qui était possible jusque-là, indique la même source, faisant savoir que Microsoft 4Afrika s’est associé à des start-ups fintech africaines, dont Flutterwave au Nigeria et le groupe MoVAS en Afrique de l’Est, afin d’ouvrir l’accès au financement pour les PME.

La diversification et le renforcement des chaînes d’approvisionnement sont essentiels à la survie et à l’épanouissement des PME, insiste Microsoft, soutenant que “si l’on considère que d’ici 2035, le Fonds monétaire international prévoit que l’Afrique aura ajouté à sa main-d’œuvre plus de personnes en âge de travailler que le reste des régions du monde réunies, il est essentiel que nous disposions d’un secteur des PME prospère pour absorber ces travailleurs et contribuer à une forte croissance économique du continent”.