A LA UNEEconomie

Investissement : Signature de 52 ‎conventions pour 4,2 MMDH

Ce ne sont pas moins de 52 conventions d’investissement d’un montant global de 4,2 ‎milliards de dirhams (MMDH) qui viennent d’être signées, à Rabat, lors d’une cérémonie ‎présidée par le ministre de l’Industrie, du commerce et de l’économie verte et numérique, ‎Moulay Hafid Elalamy.‎

Sur les 52 conventions, 14 concernent le secteur du textile et portent sur la réalisation de ‎projets visant, entre autres, la fabrication de matelas et accessoires de sommeil, de tissu non ‎tisse lamine, le tissage à jet d’eau et la confection d’articles à base de grosse maille et maille ‎fine.‎

Dans le secteur chimie-parachimie, 11 conventions ont également été signées dans différentes ‎filières, notamment la pharmacie, la chimie organique et la plasturgie. Les projets visent la ‎fabrication de médicaments génériques et biosimilaires, de produits cosmétiques, d’huiles ‎essentielles, de détergents et de revêtement plastique.‎

Le secteur de l’industrie mécanique et métallurgique a, quant à lui, fait l’objet de 7 ‎conventions ayant pour finalité la construction d’un complexe métallurgique pour les aciers ‎spéciaux et d’unités industrielles opérant, entre autres, dans la production des extincteurs, de ‎candélabres cylindro-coniques d’éclairage public et urbain et le recyclage des déchets de ‎cuivre et transformation en grenailles de cuivre de différentes qualités.‎

Dans le secteur de la plasturgie, 6 conventions ont été signées pour la création d’unités ‎industrielles, notamment dans le recyclage et la production d’articles ménagers en plastique et ‎de tuyaux en PVC et polyéthylène, ainsi que la fabrication de capsules pour les bouteilles de ‎gaz et les pots de jardin et de conteneurs pour déchets médicaux.‎

Pour le secteur agroalimentaire 6 conventions ont été signées en vue de la création d’usines de ‎transformation, de traitement et de valorisation du poisson et de fabrication et mise en valeur ‎des noix de cajou et des amandes. A ces projets s’ajoutent d’autres portant sur la mise en place ‎d’une unité intégrée semi-automatique pour la production de couscous, ainsi que sur ‎l’extension et l’aménagement de deux autres de décorticage, de surgélation et de ‎transformation des crevettes et de fabrication de chocolat et confiseries.‎

En ce qui concerne le secteur de l’industrie des matériaux de construction, 5 conventions ont ‎été signées pour la construction et l’équipement d’une unité de fabrication des éléments ‎préfabriqués à base de béton en presse vibrante et la réalisation de projets portant sur le ‎préfabriqué et la valorisation du marbre.‎

Les 3 autres conventions ont concerné l’industrie du bois, de l’électroménager et électronique ‎et du naval. Elles consistent en la construction et réparation navale et en la production de ‎contreplaqués et de panneaux en bois latté et de réfrigérateurs.‎

S’exprimant à cette occasion, Elalamy a indiqué que ces nouveaux investissements, sont le ‎fruit de la banque de projets qui s’inscrit aux priorités du Plan de relance industrielle mis en ‎œuvre, conformément aux instructions de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, pour soutenir les ‎secteurs productifs, en renforçant leur capacité à investir et à créer de l’emploi.‎

‎« Ce deuxième lot de projets d’investissements, témoigne de l’engouement que connait la ‎banque de projets et atteste de son rôle important en tant que levier d’accélération de ‎l’investissement industriel, du développement de la fabrication locale et de la promotion de ‎l’entrepreneuriat », a-t-il relevé, notant que ce même lot, qui représente un chiffre d’affaires ‎total à terme additionnel de 10,4 MMDH, constitue un potentiel de substitution à l’import de ‎‎7,3 MMDH.‎

Elalamy, a par ailleurs rappelé que Sa Majesté le Roi, insiste fortement sur la grande capacité ‎de la jeunesse marocaine d’entreprendre, de créer de l’emploi et de faire de l’innovation un ‎métier à part entière.‎

‎« Nous avons aujourd’hui beaucoup de projets qui sont portés par des jeunes, qui ont décidé ‎de transformer leurs projets en des projets de substitution, permettant d’utiliser aussi la ‎commande publique, qui est désormais à la disposition des opérateurs qui veulent produire ‎dans des conditions de qualité et de compétitivité supérieurs à ce que le Maroc à l’habitude ‎d’importer », a-t-il relevé notant que l’objectif, étant de produire au Royaume les mêmes ‎produits achetés de l’étranger mais avec une qualité supérieure et à un prix inférieur.‎

Après son lancement, le 25 septembre dernier, la banque de projets en ligne, composée de 200 ‎projets, représente l’un des piliers de la stratégie de relance industrielle post-Covid-19 ayant ‎pour objectif de stimuler et d’accompagner la dynamique de relance industrielle en vue ‎d’encourager les produits marocains répondant aux besoins du marché local et de l’export.‎

La cellule, « War-room », mise en place par le ministère pour accompagner les porteurs de ‎projets a retenu, à cette date, 357 projets répartis en 10 secteurs et représentant un potentiel de ‎‎21 MMDH permettant de substituer à l’import 62% de l’objectif fixé à 34 MMDH.‎

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page