Irak: Quatre manifestants tués par des grenades lacrymogènes à Bagdad

manifestants
manifestants

Quatre manifestants ont été tués, jeudi à Bagdad, mortellement touchés par des grenades lacrymogènes tirées par les forces de l’ordre, ont indiqué des sources médicales et sécuritaires.

Trois manifestant ont été tués, jeudi, après avoir été touchés à la tête par des grenades lacrymogènes tandis que la quatrième victime a succombé à ses blessures à l’hôpital, précise-t-on de même source.

Par ailleurs, un cinquantaine de personnes ont été blessées, majoritairement par des tirs à balles réelles et en caoutchouc ou par asphyxie suite à l’inhalation de gaz lacrymogène.

→ Lire aussi : Ecoles fermées et manifestations face à une répression accrue en Irak


Depuis le début des manifestations en Irak, une vingtaine de manifestants ont été tués par les grenades lacrymogènes, pour la plupart le crâne déchiqueté par ces engins de type militaire et dix fois plus lourds que ceux utilisés ailleurs dans le monde.

Plus de 330 personnes auraient été tuées et 15.000 autres blessées en Irak depuis début octobre, selon des décomptes approximatifs fournis par les médias, les autorités ayant arrêté de communiquer les bilans des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre.

L’Irak est le théâtre de manifestations quasi-quotidiennes pour demander le départ de l’ensemble de la classe politique, inchangée depuis des années et jugée corrompue et incompétente.