Jonathan Pershing : Le Maroc, un “leader” et un modèle mondial en matière des énergies renouvelables

Le Maroc est un “leader” et un modèle mondial en matière de développement des énergies renouvelables, a affirmé, jeudi à Rabat, l’Envoyé spécial des États-Unis pour les changements climatiques, Jonathan Pershing.

“Le Maroc est un leader mondial dans les énergies propres et de nombreux pays cherchent à s’en inspirer, particulièrement dans la réalisation de projets d’énergies renouvelables à grande échelle, à l’instar du projet NOOR“, a dit M. Pershing qui animait une table ronde avec des représentants d’ONG marocaines et du secteur privé autour de nombreux sujets axés sur la lutte contre les changements climatiques.

“Le travail sur les énergies renouvelables et les investissements qui ont été réalisés au Maroc, ainsi que les lois qui ont été adoptées sont très significatifs et ont ouvert la voie à des investissements nationaux et internationaux colossaux, changeant de ce fait radicalement la capacité du Maroc dans le domaine des énergies renouvelables“, a-t-il ajouté.

Interrogé au sujet de l’intention des États-Unis de ratifier l’Accord de Paris sur les changements climatiques, M. Pershing a dit que son pays compte approuver cet accord à la fin du mois de septembre, se disant également très confiant que 55 pays représentant 55%  des émissions mondiales de gaz à effets de serre auront ratifié ce traité d’ici la fin de l’année en cours, permettant ainsi son entrée en vigueur “dans un temps record pour un accord de cette ampleur“.


“Si le principal objet de la Conférence des parties de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, qui s’était tenue à Paris (COP21) en novembre dernier, était de parvenir à un accord mondial sur la lutte contre les changements climatiques, l’enjeu de la COP22 de Marrakech sera d’identifier les moyens pour les pays signataires de mettre en œuvre des plans nationaux concrets pour limiter la montée des températures au-dessous de 2 C°”, a-t-il fait savoir.

“Les changements climatiques sont un problème global et requièrent, en ce sens, une action globale“, a relevé M. Pershing, indiquant que Washington contribuait à hauteur de 3 milliards de dollars au Fonds vert pour le climat sur les 100 milliards promis annuellement aux pays en voie de développement pour lutter contre les effets des changements climatiques.

M. Pershing, qui effectue une visite de travail de deux jours au Royaume, s’est entretenu avec la ministre déléguée chargée de l’Environnement, Hakima El Haite, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Salaheddine Mezouar et le ministre de l’Agriculture et de la pêche maritime, Aziz Akhannouch.

Cette table ronde a été marquée par la participation notamment des envoyés spéciaux adjoints aux changements climatiques, Trigg Talley et Karen Florini et de la Coalition marocaine pour la justice climatique (CMJC).