Khaled Meshri et Abdelhadi Lahouij saluent les efforts du Maroc, appellent le Royaume à continuer à jouer un “rôle d’avant-garde”

Crise Libyenne

Le Président du Haut Conseil d’Etat libyen, Khaled Meshri, et l’émissaire du Président du Parlement libyen, Abdelhadi Lahouij, ont salué, vendredi, les efforts déployés par le Maroc en vue de la résolution de la crise libyenne, appelant le Royaume à “continuer à jouer un rôle d’avant-garde et à parrainer les approches maghrébine, méditerranéenne et africaine pour trouver une solution à cette crise”.

Dans une déclaration à Diplomatie.ma, site officiel du Ministère des Affaires étrangères, de la Coopération internationale et des Marocains résidant à l’étranger, à l’issue d’un entretien téléphonique avec le Ministre, M. Nasser Bourita, M. Meshri a tenu à réitérer “notre attachement à l’Accord de Skhirat”.
Il s’est, à cette occasion, dit “favorable à ce que le Maroc abrite, encore une fois, le dialogue inter-libyen”.
Abondant dans le même sens, Abdelhadi Lahouij, a tenu saluer dans une déclaration à la presse, à l’issue d’un entretien avec M. Nasser Bourita, l’Accord politique de Skhirat, tout en exprimant sa  haute appréciation aux efforts déployés par “le Royaume du Maroc: Souverain, peuple et gouvernement”, dans la résolution de la crise libyenne sur la base de la concorde nationale, stipulée dans les dispositions dudit Accord.
Le responsable libyen a également mis en exergue les liens géographiques et historiques qui lient les deux pays à l’espace Maghrébin.Il a, en outre, fait part de l’intérêt du parlement libyen de s’inspirer de l’expérience de l’Instance Equité et Réconciliation (IER), en vue “d’édifier une Libye nouvelle pour tous les libyens sans exclusive, ainsi qu’un Etat de droit, d’institutions et de citoyenneté”.
Le responsable libyen a, par ailleurs, déploré la situation qui prévaut actuellement dans son pays, en mettant l’accent sur l’impérieuse nécessité de s’acheminer vers une solution pérenne et viable à la crise libyenne.
Abdelhadi Lahouij a, dans ce sens, fait part de son adhésion à “l’approche maghrébine dans la résolution de la crise libyenne, la seule à même, selon lui, d’aboutir à une solution durable”.