A LA UNEMonde

La Chine détrône ses concurrents en Afrique

 

Un prêt de 60 MM de $, une annulation des dettes, une aide militaire…

Le président chinois Xi Jinping a promis, ce vendredi 04 décembre, à Johannesburg, 60 milliards de dollars d’aide à l’Afrique, principalement sous forme de prêts. Cette annonce a été faite à l’occasion du sommet sino-africain qui se tient jusqu’à samedi, en Afrique de Sud. Représenté par une forte délégation conduite par le chef de gouvernement, Abdelilah Benkirane, le Maroc table sur le sommet pour consacrer son expertise avant-gardiste dans le continent et ses liens multiples et historiques et avec la Chine et avec son berceau géographique, l’Afrique.

Le sommet du Forum sur la coopération sino-africaine (FOCAC 2015) s’est ouvert, en effet, ce  vendredi au Convention Center de Johannesburg, avec la participation du Maroc. « L’Afrique et la Chine avancent ensemble: une coopération gagnant-gagnant pour le développement commun », est le thème qui conduira les travaux de ce sommet. La délégation marocaine comprend également le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Salaheddine Mezouar, qui avait pris part, jeudi à Pretoria, à la conférence des ministres des Affaires étrangères des pays membres du Forum. Le Maroc sera également présent lors du forum d’affaires qui sera organisé en marge du sommet, avec une délégation comprenant la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et d’autres institutions économiques et financières.

Ce sommet de deux jours qui se tient pour la première fois en Afrique, depuis son lancement en 2000, est marqué par la présence effective de Xi Jinping. Le président chinois a annoncé lors de l’ouverture du sommet, aujourd’hui, l’octroi à l’Afrique de « 60 milliards de dollars d’aide financière incluant 5 milliards de prêts à taux préférentiels ». Ceci dit, si une première réponse sur comment va être déployée cette « aide-prêt » a été dévoilée par le gouvernement chinois, le nombre des pays bénéficiaires et les parts sont encore à déterminer. Ainsi, globalement, les 60 milliards de dollars sont destinés à financer dix programmes de coopération, sur trois ans, dans les domaines notamment de l’agriculture, de l’industrialisation, de la réduction de la pauvreté, de la santé, de la culture, de la sécurité, de la protection de la nature ou encore du développement vert.

Sous le regard attentif d’une vingtaine de dirigeants africains présents lors de cette ouverture, Xi Jiping a affirmé que la Chine demeure « très attentive aux mauvaises récoltes dans plusieurs pays africains dus aux effets d’El Niño. Elle fournira aux pays touchés des aides alimentaires d’urgence d’une valeur de 1 milliard de yuans environ 143 millions d’euros ». Et d’ajouter sous les applaudissements que la Chine allait effacer les « dettes gouvernementales sans intérêt échues fin 2015 » des pays africains les moins avancés. Dans cette même perspective, et dans le cadre d’un « programme de paix et de sécurité », le président chinois a annoncé « une aide sans contrepartie à l’Union africaine de 60 millions de dollars pour appuyer la construction et les opérations de la Force permanente et de la capacité africaines de réaction rapide aux crises ». L’objectif de cette force africaine en attente est de diviser les forces du continent en cinq grandes régions qui assureraient, à tour de rôle, la sécurité des pays africains grâce à 25.000 hommes. Xi Jiping s’est engagé à prendre « une part active aux opérations onusiennes de maintien de la paix en Afrique ».

En ce qui concerne le secteur industriel, le président chinois a annoncé la formation de 200.000 techniciens en Afrique et 40.000 africains en Chine dans le cadre d’un programme de partenariat industriel.  La Chine a aussi promis que « la coopération sino-africaine ne se ferait jamais au détriment des écosystèmes et des intérêts à long terme de l’Afrique ». Pékin s’est ainsi engagé à « mettre en œuvre 100 projets d’énergie propre, de protection de la faune et de la flore ou encore de développement agricole respectueux de l’environnement ».

Depuis 2000, les échanges commerciaux entre l’Afrique et la Chine ont enregistré une hausse remarquable, passant de 10,6 milliards de dollars en 2000 à 201,1 milliards en 2014, un chiffre qui fait de l’Empire du Milieu le premier partenaire économique du continent. En 2014, les investissements chinois en Afrique ont également augmenté pour se chiffrer à 30 milliards de dollars, avec plus de 2.500 entreprises chinoises présentes sur le continent, créant pas moins de 100.000 emplois. Le FOCAC 2015 sera sanctionné par l’adoption de la Déclaration et du Plan d’action de Johannesburg, deux documents qui devront inclure des mesures spécifiques pour la consolidation d’un partenariat sino-africain.

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page