La Corée du Nord fustige l’avertissement de Trump, dit qu’elle n’a “plus rien à perdre”

La Corée du Nord
La Corée du Nord

La Corée du Nord n’a “plus rien à perdre”, a déclaré lundi un haut responsable de Pyongyang, après que le président américain Donald Trump a averti que le pays communiste “pourrait tout perdre” s’il se livrait à des actes hostiles.

L’ancien négociateur nucléaire nord-coréen, Kim Yong-chol, a indiqué dans une déclaration rapportée par l’agence de presse nord-coréenne, KCNA, que “les États-Unis devraient réfléchir à la façon d’empêcher les deux pays de s’affronter, plutôt que de passer du temps à choisir des expressions d’avertissement”.

“Trump a trop de choses qu’il ne sait pas sur la RPDC”, a déclaré Yong-chol, en référence au nom officiel de la Corée du Nord, la République populaire démocratique de Corée.

Donald Trump a publié l’avertissement dans un tweet dimanche après que la Corée du Nord a annoncé avoir effectué un test “très important” sur son site de lancement de satellites au cours du week-end, ce qui renforce les craintes que Pyongyang reprenne les tests d’un missile balistique intercontinental.

→ Lire aussi : Quand Trump avertit sur Twitter


Le tweet du président américain est intervenu un jour après qu’il a averti Pyongyang de ne pas interférer avec l’élection présidentielle américaine de l’année prochaine, affirmant qu’il serait “surpris” si le Nord agissait de manière hostile.

Le responsable nord-coréen a déclaré que le pays n’était pas disposé à reconsidérer ce qu’il “devrait faire à l’avenir” à cause de ce que Trump a dit.

Donald Trump et Kim Jong-un ont tenu leur premier sommet à Singapour en juin 2018 et ont convenu de travailler à la dénucléarisation complète de la péninsule coréenne en échange de garanties de sécurité américaines.

Mais peu de progrès ont été accomplis depuis la fin de leur deuxième sommet à Hanoï sans accord en février.


Les deux parties ont tenu leurs derniers pourparlers de travail à Stockholm en octobre, mais la réunion a également échoué, Pyongyang accusant Washington de ne pas avoir présenté de nouvelles propositions.