ban600
credit agricol

La dimension humaine doit être placée au centre de la gouvernance mondiale

La dimension humaine doit être placée au centre de la gouvernance mondiale

La dimension humaine doit être impérativement placée au centre de la gouvernance mondiale, a indiqué, dimanche à Rabat, l'ambassadeur itinérant de SM le Roi, Assia Bensalah Alaoui.

"La dimension humaine est souvent ignorée sinon bafouée face à la montée de la violence notamment chez les régimes autoritaires et les réseaux internationaux de criminalité", a insisté Mme. Bensalah Alaoui, qui intervenait lors d'un débat à l'occasion de la 11ème édition de la World Policy Conference (WPC).

"La violence est également devenue une violence verbale voire factuelle chez certains leaders", a-t-elle déploré, notant que cette violence engendre des divisions au sein de la nation, mais également entre les nations.

Qualifiant d'inadmissible toute forme de violence, notamment celle faite aux femmes, Mme Bensalah Alaoui s'est par ailleurs félicitée de l'attribution du prix Nobel de la paix à des femmes, la Yézidie Nadia Murad et la gynécologue congolaise Denis Mukwege, y voyant une manière de réparer les injustices subies par les femmes.

D'autre part, l'ambassadeur itinérant de SM le Roi a mis en avant le lien entre la migration, l'identité et la diaspora, soulignant la nécessité de capitaliser la richesse de la diversité des cultures, qui peut être bénéfique non seulement aux pays d’accueil, mais également à ceux d’origine, comme c'est le cas avec la diaspora marocaine.

Pour sa part, le directeur de l’Observatoire "Pharos", Pierre Morel, a jeté la lumière sur l’interaction directe entre la mondialisation et la réflexion identitaire.

→Lire aussi: Nomination de Assia Bensalah Alaoui au Conseil de l’ONG «Leaders pour la paix»

L'identité est un concept complexe qui évolue avec le temps en fonction de multiples contextes, a précisé l'ancien représentant spécial de l’Union européenne pour l’Asie centrale et la crise en Géorgie, appelant à ne pas radicaliser l'identité et la ramener à une seule dimension.

La religion est un élément mobilisateur de la réflexion identitaire mais ne la définit pas à elle seule, a-t-il ajouté, préconisant "le pluralisme cultuel et religieux face à l'approche réductrice de l’identité et aux réductions auxquelles sont sujets les minorités religieuses".

Ont notamment participé à ce débat, qui a été consacré à diverses thématiques allant de la conjoncture internationale à la globalisation des firmes internationales, le senior fellow à l'OCP policy center et ancien ministre de l'Economie et des finances, Fathallah Oualalou, le vice directeur de l'Institut d'Etat des relations internationales de Moscou (MGIMO), Artem Malgin, le Doyen de l’École d’affaires publiques et internationales d’IE University, Manuel Muñiz, et le Président émérite de la Fondation McCall MacBain, ancien Secrétaire général de l’OCDE, Donald Johnston.

La 11ème édition de la World Policy Conference a réuni plus de 250 personnalités de haut niveau, de plus de 40 pays et de divers horizons, en vue d'échanger les réflexions, préoccupations et solutions autour des bouleversements incessants que connaît le monde.

Les travaux de cette onzième édition ont porté sur les enjeux du commerce international, l'éducation, le développement de l'Afrique, les questions énergétiques et le climat, l’état de l’économie mondiale et d’autres sujets.

Fondé en 2008 par Thierry de Montbrial, président de l’Institut français des relations internationales (Ifri), cet événement international a été classé 3ème meilleure conférence de think tank au monde en 2017, d’après le Global Go-To Think Tanks Index de l’Université de Pennsylvanie.

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire

top
%d blogueurs aiment cette page :