ban600

La Maison Blanche envisage de suspendre les achats de Huawei et ZTE au Nouvel An

La Maison Blanche envisage de suspendre les achats de Huawei et ZTE au Nouvel An

Le président Donald Trump envisage de créer un nouvel ordre national interdisant aux entreprises américaines d'utiliser du matériel de télécommunication fabriqué par les chinois Huawei et ZTE, ont indiqué à Reuters trois sources proches de la situation.

L'administration Trump serait la dernière en date à retirer Huawei Technologies et de ZTE, deux des plus grandes sociétés chinoises d'équipement de réseau, du marché américain. Les États-Unis allèguent que les deux sociétés travaillent à la demande du gouvernement chinois et que leurs équipements pourraient être utilisés pour espionner les Américains.

Le décret, qui est à l’étude depuis plus de huit mois, pourrait être publié dès janvier et enjoindrait au Département du Commerce d’empêcher les entreprises américaines d’acheter à des fabricants de télécommunications étrangers des équipements qui présentent des risques importants pour la sécurité nationale, d’après des sources de l’industrie des télécommunications et de l’administration américaine.

Bien qu’il soit improbable que l’ordre commande le nom de Huawei ou de ZTE, une source a indiqué qu’il était prévu que les responsables du Département du commerce l’interprètent comme une autorisation de limiter la propagation des équipements fabriqués par les deux sociétés. Les sources ont déclaré que le texte de la commande n'a pas été finalisé.

L’exécutif invoquerait la loi internationale sur les pouvoirs économiques d’urgence, une loi qui donne au président le pouvoir de réglementer le commerce en réponse à une situation d’urgence nationale qui menace les États-Unis.

La question revêt une nouvelle urgence alors que les entreprises de téléphonie sans fil américaines recherchent des partenaires pour se préparer à adopter les réseaux sans fil 5G de la prochaine génération.

Cette ordonnance fait suite à l’adoption en août d’un projet de loi sur la politique de défense interdisant au gouvernement américain d’utiliser les équipements Huawei et ZTE.

La porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hua Chunying, a déclaré qu'elle ne voulait pas commenter l'ordre, car il n'avait pas été officiellement confirmé.

"Il est préférable de laisser les faits parler d'eux-mêmes en ce qui concerne les problèmes de sécurité", a déclaré Hua. "Certains pays ont, sans aucune preuve et se servant de la sécurité nationale, supposé tacitement des crimes afin de politiser la chose, ils entravent et restreignent les activités normales d'échange de technologie", a-t-elle ajouté. « Cela en réalité, revient à se refermer, plutôt que de laisser une porte d’issue à l’ouverture, au progrès et à la justice »

→ Lire aussi : Huawei réfute les accusations d’espionnage pour la Chine

Huawei et ZTE n'ont pas renvoyé de demandes de commentaires. Dans le passé, les deux organisations ont nié les accusations d'espionnage de leurs produits. La Maison Blanche n'a pas non plus renvoyé de demande de commentaire. Le Wall Street Journal signalait pour la première fois au début de mai que l'ordre était à l'étude, mais il n'a jamais été publié.

Un équipement peu coûteux et utilisé dans le milieu rural américain

Les opérateurs ruraux des États-Unis comptent parmi les plus gros clients de Huawei et de ZTE et craignent que l'ordre ne les oblige également à détruire des équipements existants fabriqués en Chine sans compensation. Les représentants de l'industrie sont divisés sur le point de savoir si l'administration pourrait obliger légalement les opérateurs à le faire.

Alors que les grandes entreprises de téléphonie sans fil américaines ont notamment rompu leurs liens avec Huawei, les petites entreprises de télécommunication rurales se sont fiées aux commutateurs Huawei et ZTE et à d’autres équipements, car ils ont tendance à être moins chers.

La société est si centrale pour les petits transporteurs que William Levy, vice-président des ventes de Huawei Tech USA, siège au conseil d’administration de la Rural Wireless Association (ou association rurale d’internet sans fil).

La RWA représente les opérateurs comptant moins de 100 000 abonnés. Il estime que 25% de ses membres disposent d’équipements Huawei ou ZTE dans leurs réseaux, a-t-il déclaré dans un document déposé à la Federal Communications Commission (ou commission fédérale des communications) plus tôt ce mois-ci.

La FCC examine également l'opportunité d'obliger les transporteurs à retirer et à remplacer le matériel des entreprises considérées comme présentant un risque pour la sécurité nationale.

En mars, le président de la FCC, Ajit Pai, a déclaré que les "portes cachées" de nos réseaux de routeurs, de commutateurs - et de pratiquement tout autre type d'équipement de télécommunication - pouvaient fournir aux gouvernements hostiles un moyen d'injecter des virus, de lancer des attaques par déni de service, etc. voler des données, et plus encore.

La RWA craint qu'un décret ne force ses membres à retirer l'équipement de ZTE et de Huawei et à interdire les achats futurs, a déclaré Caressa Bennet, avocate générale de RWA.

Il faudrait entre 800 millions et 1 milliard de dollars pour que tous les membres de l'association rural d'internet sans fil remplacent leurs équipements Huawei et ZTE, a déclaré Bennet.

Les produits Huawei sont nettement moins chers. Lors de la recherche d'offres en 2010 pour son réseau, une commune a constaté que le coût des équipements Ericsson était presque quatre fois supérieur à celui à celui du géant chinois.

Abdellah Chbani avec Reuters

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :