La SAMIR au point mort

 

L’unique raffineur au Maroc, La Samir,  cumule une dette globale au Maroc et à l’international qui s’élève à 45 milliards de dirhams.  Cette situation est provoquée par l’incapacité financière de la raffinerie. D’ailleurs, les banques sont engagées à hauteur de 8à 10 milliards de DH. Si jamais la Samir ne se redresse pas, l’effet domino sera terrible sur le marché marocain.

La suspension des activités de la SAMIR a été décidée pour “préserver la dignité du Maroc et lutter contre le chantage”, a indiqué Abdelilah Benkirane, Chef du gouvernement, en réponse à une question sur la “crise de la SAMIR” posée par le groupe istiqlalien de l’unité et de l’égalitarisme à la Chambre des représentants, dans le cadre de la séance de questions orales au Chef du gouvernement.

Ainsi, Abdelilah Benkirane a  précisé que cette décision a été prise après concertation avec les distributeurs d’hydrocarbures et les professionnels du secteur qui ont affirmé leur capacité à approvisionner le marché en cas d’arrêt d’activité de la raffinerie.

Le Chef du gouvernement a rappelé que cette affaire est devant la justice, assurant que les employés de la SAMIR recevront leurs salaires pour le mois de février courant et que le gouvernement fera en sorte qu’ils ne soient pas trop affectés.


Maroc diplomatique avec MAP