L’argentine légalise l’autoculture de cannabis à usage thérapeutique

cannabis

Le gouvernement argentin a légalisé l’autoculture de cannabis à usage thérapeutique ainsi que la vente d’huiles et de crèmes médicinales en pharmacie, selon un décret publié mercredi au Journal officiel.

C’est une révision de la loi adoptée en mars 2017 autorisant l’usage médicinal des huiles de cannabis mais maintenait l’interdiction de l’autoculture et de la possession de graines sous forme individuelle ou collective.

Le décret, signé par le président Alberto Fernandez, vise à permettre “l’accès et la protection (…) à ceux qui ont besoin d’utiliser le cannabis comme outil thérapeutique”, indique le texte.

Ainsi, la culture personnelle et en réseau est autorisée pour les chercheurs et patients qui s’inscrivent au Programme national du cannabis, qui avait été créé par la loi mais n’était pas opérationnel.

La vente d’huiles et de crèmes produites à partir du cannabis est également autorisée en pharmacie.


Des patients et des familles d’enfants atteints de pathologies graves qui produisaient leur propre huile afin d’améliorer leur qualité de vie réclamaient de sortir de l’illégalité.

“Aujourd’hui, nous pleurons de joie parce que nous avons commencé ce combat pour nos enfants (…). Nous sommes une grande famille qui se bat pour le même droit, le droit à la qualité de vie. Nous allons cultiver nos médicaments sans crainte” (…) Nous ne sommes pas des criminels”, s’est félicité le collectif “Mama Cultiva” sur les réseaux sociaux.

L’huile de cannabis est administrée pour soigner l’épilepsie ainsi que pour le traitement palliatif de la douleur chez les personnes atteintes de cancer, de fibromyalgie ou encore pour atténuer les effets de la maladie de Parkinson.

L’Etat argentin entend également se lancer dans la production publique de cannabis à usage thérapeutique afin de garantir un accès aux patients qui n’ont pas de couverture médicale.


En 2013, l’Uruguay est devenu le premier pays au monde à adopter une loi autorisant la culture de la marijuana à usage médicinal et récréatif, la formation de clubs de producteurs et l’achat encadré de marijuana en pharmacie.

( Avec AFP )