L’Atelier 21 abrite une exposition sur la migration

La galerie d’art L’Atelier 21 organise une exposition collective, du 21 juin au 31 juillet 2016, intitulée « Partir ». Cette exposition se veut une réflexion plastique sur la migration comme une réalité constituant l’une des actualités les plus douloureuses. Des hommes et des femmes mettent leurs vies en péril pour rejoindre l’Europe. Depuis le port de Tanger, l’Espagne est bien visible sous un ciel dégagé. Pourtant la traversée est périlleuse et nombre d’Africains rejoignent les rives espagnoles sans vie.

Les artistes ont été conviés à se pencher sur une actualité liée à cette détermination de rejoindre la rive Nord de la Méditerranée quel qu’en soit le prix. C’est la condition de ces personnes, aussi bien quand elles attendent le moment opportun pour faire le grand voyage que lors de la traversée à proprement parler, que les artistes ont été invités à traiter. Chaque artiste, en fonction de sa sensibilité et de son moyen d’expression, s’est saisi de cette actualité criante. Ils ont imprimé leurs sensibilités sur le vécu de ceux qui mettent leur vie en péril dans l’espoir d’accéder à un monde meilleur. Leurs drames, déceptions ou réussites sont l’objet de cette exposition collective.

Ce thème interpelle les artistes et provoque une résonance particulière en eux. La preuve : la richesse et la diversité des œuvres qui ont été conçues par les 19 artistes qui ont pris part à l’exposition « Partir ». Des œuvres qui tout en dégageant une puissance plastique prouvent que les artistes ne vivent pas dans une tour d’ivoire et s’expriment, selon leurs modes d’expression respectifs, sur les drames qui secouent leur temps.

L’exposition « Partir » réunit 19 artistes : Fouad Bellamine, Saad Ben Cheffaj, Mustapha Boujemaoui, Hassan Darsi, Mohamed El Baz, Nabil El Makhloufi, Safaa Erruas, Mohamed Fariji, Chourouk Hriech, Majida Khattari, Fouad Maazouz, Najia Mehadji, Houssein Miloudi, Zakaria Ramhani, Yamou, Younès Baba Ali, Bouchta El Hayani, Wafae Ahalouch El Kiriasti, Mariam Abouzid Souali.