Le Canada libère le directeur financier Huawei sous caution, Trump pourrait intervenir

Huawei

Un haut dirigeant du géant chinois des télécoms, Huawei Technologies Co Ltd, a été libéré sous caution par un tribunal canadien mardi, 10 jours après son arrestation, à Vancouver à la demande des autorités américaines, qui avait déclenché un conflit diplomatique.

Meng Wanzhou fait face à des accusations américaines selon lesquelles elle aurait induit les banques multinationales en erreur au sujet de transactions liées à l’Iran, exposant ainsi les banques à une violation des sanctions américaines.

Lors d’une audience à Vancouver, en Colombie-Britannique, le juge William Ehrcke a accordé une caution de 10 millions de dollars (7,5 millions de dollars) à Meng, emprisonnée depuis son arrestation le 1er décembre. La salle d’audience a éclaté sous les applaudissements lors de l’annonce de la décision. Meng a pleuré et a embrassé ses avocats.

Parmi les conditions de sa mise en liberté sous caution, la dirigeante âgée de 46 ans doit porter un protège-cheville et rester à la maison de 23 heures à 6 heures du matin. Cinq amis ont promis de mettre en jeu la valeur nette de leur maison et une autre somme d’argent comme garantie de ne pas fuir.

Si un juge canadien décide que l’affaire contre Meng est suffisamment forte, le ministre de la Justice du Canada doit ensuite décider s’il doit l’extrader aux États-Unis. Si tel était le cas, Meng ferait face à des accusations américaines de complot en vue de frauder plusieurs institutions financières, avec une peine maximale de 30 ans pour chaque accusation.


L’arrestation de Meng a mis un frein supplémentaire aux relations de la Chine avec les États-Unis et le Canada à un moment où les tensions étaient déjà vives au sujet d’une guerre commerciale et d’accusations américaines d’espionnage de la part des Chinois.

Le président américain Donald Trump a déclaré mardi à Reuters qu’il interviendrait dans le dossier du ministère américain de la Justice contre Meng s’il servait les intérêts de la sécurité nationale ou contribuait à la conclusion d’un accord commercial avec la Chine.

S’exprimant à Beijing, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Lu Kang, a déclaré que l’arrestation de Meng “était une erreur dès le début”. “Nous avons déjà clairement indiqué notre position aux États-Unis et au Canada, qui devraient immédiatement corriger leur erreur et libérer Meng Wanzhou”, a-t-il déclaré lors d’un point de presse quotidien.

→ Lire aussi : Japon: Huawei et ZTE vont être exclus par le gouvernement


La Chine avait menacé de graves conséquences si le Canada ne libérait pas Meng immédiatement, et des analystes ont déclaré que les représailles de Pékin sur l’arrestation étaient probables.

SURVEILLANCE ELECTRONIQUE

Une arrestation choc pour Meng Wanzhou, qui est également la fille du fondateur de Huawei et la directrice financière de l’entreprise, soulève de nouveaux doutes sur une trêve de 90 jours relative aux échanges entre les présidents Donald Trump et Xi Jinping. Cette annonce, qui fait craindre une reprise de la guerre commerciale, a fait chuter les bourses mondiales.

Meng, qui a été arrêtée alors qu’elle changeait d’avion à Vancouver, a déclaré qu’elle était innocente et qu’elle contesterait les allégations aux États-Unis si elle était extradée.


Mardi était le troisième jour d’audience sous caution. La défense de Meng avait fait valoir qu’elle n’était pas un risque de fuite, citant ses liens de longue date avec le Canada, les propriétés qu’elle possédait à Vancouver et craignant pour sa santé pendant son incarcération.

“Je suis convaincue que, compte tenu des faits de l’espèce, […] le risque de ne pas être présente à l’audience peut être réduit à un niveau acceptable en imposant des conditions de mise en liberté sous caution”, a déclaré le juge, ajoutant qu’il était également persuadé par le fait que Meng était une femme d’affaires bien éduquée sans casier judiciaire.

Elle doit rester au Canada et être accompagnée par des agents de sécurité lorsqu’elle quitte sa résidence. Meng versera un dépôt en espèces de 7 millions de dollars canadiens, avec cinq garants responsables de 3 millions de dollars restants en cas de fuite.

Meng a reçu l’ordre de comparaître de nouveau devant le tribunal le 6 février afin de planifier des comparutions futures.


Huawei, qui fabrique des smartphones et des équipements de réseau, a déclaré dans un communiqué qu’il attendait avec impatience une “résolution rapide” de l’affaire.

«Nous sommes convaincus que les systèmes juridiques canadien et américain aboutiront à une conclusion juste», a-t-il déclaré, ajoutant qu’il respectait toutes les lois et tous les règlements en vigueur.

Huawei est le premier fournisseur mondial d’équipements de réseau de télécommunications et le deuxième fabricant de smartphones, avec un chiffre d’affaires d’environ 92 milliards de dollars l’an dernier. Contrairement aux autres grandes entreprises de technologie chinoises, elle exerce l’essentiel de ses activités à l’étranger.

 Abdellah Chbani avec Reuters