Le Maroc engagé dans les efforts collectifs en matière de protection et d’assistance des réfugiés

réfugiés
réfugiés

Le Maroc, acteur pionnier de l’action humanitaire internationale, a réaffirmé mercredi à Genève, son engagement à poursuivre sa contribution aux efforts collectifs en matière de protection et d’assistance des réfugiés et pour venir en aide aux personnes affectées par les affres de la guerre, des violences et des catastrophes naturelles.

“La vision de Sa Majesté le Roi Mohammed VI fait de l’action humanitaire noble, animée par un esprit de partage et de solidarité internationale, un pilier de la politique extérieure du Maroc”, a souligné la ministre déléguée auprès du ministre des Affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, chargée des Marocains résidant à l’étranger, Nezha El Ouafi.

Mme El Ouafi, qui s’exprimait lors d’une séance plénière dans le cadre du Premier Forum Mondial sur les réfugiés, a relevé que l’exposition sur la dimension humanitaire de la contribution du Maroc aux Opérations de Maintien de la Paix, organisée en marge de ce Forum, illustre l’engagement et l’action concrète du Royaume au service de la paix et de la sécurité internationale.

Cette exposition offre une opportunité de partage de l’expérience et l’expertise en matière de déploiement d’Hôpitaux médico-chirurgicaux de campagne dans les quatre coins de la planète depuis 1993, a-t-elle enchaîné.

Elle a fait observer, en outre, que la politique nationale d’immigration et d’asile, initiée par Sa Majesté le Roi, en 2013, se distingue par une approche globale et humaniste, conforme aux fondamentaux constitutionnels du Royaume et à ses engagements internationaux.

L’opérationnalisation de la stratégie nationale sur l’immigration et l’asile, déclinée en Plans d’action, a permis aux réfugiés et demandeurs d’asiles de bénéficier, selon leur situation, de l’ensemble des services ouverts aux migrants au Maroc, notamment l’accès à l’éducation, aux soins de santé, à la formation professionnelle et à l’auto emploi, a-t-elle soutenu.

En appui à cette stratégie, a poursuivi Mme El Ouafi, plusieurs Conventions cadre de partenariat Public-Privé ont été signées respectivement par les acteurs concernés dans le but de favoriser l’insertion des réfugiés dans le tissu économique et social, soulignant que Maroc propose le lancement d’initiatives, déclinées en ateliers sur l’échange de bonnes pratiques en matière d’intégration et d’employabilité des réfugiés, et ce en capitalisant sur les travaux de l’événement parallèle « partenariat public-privé » co-organisé par le Maroc, en marge du forum.

Elle a annoncé, par ailleurs, une contribution financière apportée par le Maroc dans le cadre de la mise en oeuvre du Pacte Mondial sur les réfugiés afin de soutenir les opérations d’enregistrement et de documentation.

“Dans le cadre du partage de la charge et des responsabilités, et en tant que co-parrain de la thématique « Capacité de protection », le Maroc apportera, dans le cadre de la mise en œuvre du Pacte Mondial, une contribution de 300 000 dollars visant à soutenir les opérations d’enregistrement et de documentation, sachant que le HCR prévoit, parmi ses priorités stratégiques, de procéder en 2020 à l’enregistrement biométrique de 10 millions de personnes dans 75 pays”, a souligné la ministre déléguée.

Elle a relevé que ce Premier Forum Mondial offre l’occasion d’échanger sur les actions à mettre en œuvre pour la protection internationale des réfugiés, dont l’enregistrement constitue un préalable incontournable, un outil de garantie de l’intégrité des systèmes de protection de réfugiés et un indicateur essentiel dans l’évaluation de l’aide humanitaire destinée aux populations concernées.

Elle a fait remarquer, à ce propos, que la situation des réfugiés et des migrants qui se déplacent au sein de flux mixtes est très préoccupante.

“En moyenne, six personnes perdent la vie chaque jour en tentant la traversée de l’Afrique du Nord vers l’Europe Méridionale et pour chaque réfugié qui se noie en mer, deux autres perdent la vie dans le périple Sahélo-Saharien”, a-t-elle noté, relevant que cette situation interpelle notre conscience collective.

Le Pacte Mondial sur les réfugiés, adopté en décembre 2018, doit délivrer ses promesses et répondre aux attentes légitimes des personnes affectées, a-t-elle plaidé, relevant l’importance de créer de nouvelles synergies en vue de garantir et d’élargir l’espace de protection.

Rendant hommage au personnel du Haut- commissariat aux Réfugiés (HCR), au siège et sur le terrain, Mme El Ouafi a réitéré la volonté du Royaume de renforcer davantage son partenariat avec le HCR, dont les liens remontent à 1959, le Maroc étant le premier pays en Afrique à accueillir une équipe du HCR en vue de lui permettre de gérer de manière efficiente le flux des réfugiés ayant cherché asile, sur son territoire.