Le Mexique demande aux Etats-Unis une enquête sur l’usage de la force contre des migrants

Le Mexique

Le Mexique a annoncé jeudi avoir demandé aux Etats-Unis une enquête sur l’usage de la force contre des migrants d’Amérique centrale qui tentaient de franchir la frontière.

“Le ministère des Affaires étrangères a envoyé ce jour une note diplomatique à l’ambassade des Etats-Unis sur l’incident survenu le 1er janvier dans la zone frontalière” entre les villes de Tijuana, au Mexique et de San Diego, aux Etats-Unis, a indiqué la chancellerie mexicaine dans un communiqué.

Il “a été demandé qu’une enquête exhaustive soit menée sur les faits survenus ce jour-là, ainsi que sur ceux du 25 novembre dans la même zone”, a-t-on indiqué de même source.

Le 25 novembre, les forces de l’ordre américaines avaient repoussé quelque 500 migrants qui tentaient de franchir la frontière, en faisant usage de gaz lacrymogènes.

→ Lire aussi : Mexique: une centaine de migrants Centraméricains tentent de franchir la frontière américaine


D’autres migrants, environ une centaine, ont tenté durant la nuit du Nouvel An de pénétrer aux États-Unis, avant de reculer devant des tirs de gaz lacrymogènes.

Mexico “regrette ce type d’actes violents à la frontière” et “réitère son engagement pour la protection des droits humains et la sécurité de tous les migrants”, a ajouté le ministère des Affaires étrangères.

Ces migrants d’Amérique centrale font partie d’une caravane partie le 13 octobre 2018 du Honduras et qui a parcouru quelque 4.300 km pour arriver en novembre à Tijuana, à la frontière avec les États-Unis.

Environ 7.000 migrants, en majorité Honduriens, sont arrivés dans la ville mexicaine fuyant la violence et la pauvreté dans leurs pays. Quelque 1.500 d’entre eux se trouvent toujours à Tijuana, les autres ayant quitté la ville ou ayant accepté d’être rapatriés dans leurs pays d’origine.


Le président américain Donald Trump a qualifié ces migrants de “criminels” voulant envahir les États-Unis et des milliers de militaires américains ont été déployés à la frontière.