A LA UNEEconomie

Le Tourisme au cœur d’une coopération entre le Maroc et la Tanzanie

 Le ministre du Tourisme Lahcen Haddad et le ministre tanzanien des Affaires étrangères et de la Coopération, Augustine Mahiga, ont discuté, vendredi à Rabat, des moyens de mettre à profit les potentialités touristiques qu’offrent le Maroc et la Tanzanie et d’asseoir un cadre de coopération dans ce sens.

Dans une déclaration  au terme de ces discussions, Mahiga a indiqué que cette réunion a permis de « penser ensemble un cadre de coopération qui sera ébauché via un mémorandum d’entente ou encore la création d’une commission mixte ».
« Nous avons échangé plusieurs idées et passé en revue des pistes de réflexion sur une coopération mutuellement profitable, portant, entre autres, sur le renforcement des compétences, la normalisation et une redéfinition des attractions touristiques », a-t-il précisé.

Dans ce domaine, a souligné Mahiga, le Maroc a accompli d’énormes avancées et s’est forgé une expérience toute particulière.
« Historiquement, le Maroc a toujours été l’une des destinations privilégiées du tourisme et sa proximité de pays émetteurs lui confère une importance particulièrement stratégique », a-t-il ajouté.

De son côté, Lahcen Haddad a souligné que sa réunion avec le responsable tanzanien revêt une importance singulière dès lors qu’elle a permis d’explorer le potentiel de développement que recèle une coopération maroco-tanzanienne affûtée en matière touristique.
Dans cette entreprise, il sied, en premier lieu, de mettre en place un cadre légal pour donner corps à l’ambition affichée de part et d’autre dans ce secteur, a fait observer le ministre du tourisme dans une déclaration similaire.

Le Maroc est une destination de choix pour les touristes européens, arabes et africains et la Tanzanie, à son tour, dispose d’une expérience indéniable, notamment dans la gestion de parcs d’envergure internationale, tels Kilimandjaro, Ngorongoro et Serengeti, a fait remarquer le ministre, ajoutant « qu’il y a pas mal d’expériences que nous pouvons partager avec nos amis tanzaniens en matière de formation, de développement des produits touristiques et de valorisation des sites touristiques ».

Prélude indispensable selon le ministre, il faut se pencher sur la densification des flux, notamment aériens, et stimuler une prise de conscience vis-à-vis du potentiel qu’offrent les deux marchés.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page