L’Elysée confirme la mort de ressortissants Français dans une attaque au Niger

L'Elysée

L’Elysée a confirmé, dimanche soir, la mort de ressortissants français dans une attaque perpétrée dans la matinée dans la région de Kouré, à une cinquantaine de kilomètres de Niamey.

Le Président Emmanuel Macron s’est entretenu avec son homologue nigérien, Mahamadou Issoufou, au sujet de “l’attaque meurtrière qui a lâchement frappé un groupe de travailleurs humanitaires ce matin”, indique la présidence française dans un communiqué, sans préciser le nombre exact des victimes.

Mais le gouverneur de Tillabéri, dans le sud-ouest du Niger, avait déclaré plus tôt dans la journée que six Français figuraient parmi les victimes de cette attaque menée par des hommes armés à motos.

L’attaque, qui a fait huit victimes au total, a eu lieu vers 11H30 (locale) à 6 km à l’est de la localité de Kouré, a rapporté, pour sa part, une source proche des services de l’environnement, citée par des médias. Selon la même source, “la plupart des victimes ont été abattues par balles et une femme qui a réussi à s’enfuir a été rattrapée et égorgée”.

Les deux chefs d’Etat ont rappelé à cette occasion que “tous les moyens sont et seront mis en œuvre pour élucider les circonstances de cet attentat meurtrier dans les prochaines heures”, relève le communiqué de l’Elysée, notant que leur détermination à poursuivre la lutte en commun contre les groupes terroristes au Sahel “demeure intacte”.


Selon la même source, un conseil de défense se tiendra mardi matin sous l’autorité du Président de la République et sur la base des informations qui seront transmises ce lundi par les autorités nigériennes et françaises.

De son côté, l’ONG Acted a annoncé que plusieurs de ses salariés avaient été tués dans cette attaque.

La France est engagée dans la région sahélo-saharienne aux côtés des pays du G5 Sahel (Burkina-Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad) à travers le déploiement de quelque 5.100 militaires dans le cadre de l’opération Brakhane, lancée le 1er août 2014, et destinée à lutter contre les groupes djihadistes au Sahel.