Libye : Macron reçoit le maréchal Haftar

Macron

Une semaine après la visite en France du Premier ministre libyen Fayez Sarraj, le Président français Emmanuel Macron a reçu, mercredi à l’Elysée, le maréchal Khalifa Haftar.

« Cette rencontre avait pour objet de faciliter le dialogue entre les acteurs libyens, dans le contexte des opérations militaires en cours aux abords de Tripoli », indique l’Elysée dans un communiqué.

« Dans cette situation, le Président de la République a demandé au maréchal Haftar de veiller à la protection des populations civiles, ainsi que de travailler à l’établissement d’un cessez-le-feu et à la reprise des négociations politiques », souligne la même source.

Emmanuel Macron a réaffirmé, à cette occasion, « les priorités de la France en Libye : lutter contre les groupes terroristes, démanteler les réseaux de trafiquants, en particulier liés aux migrations clandestines, et stabiliser durablement la Libye », poursuit le communiqué.

→ Lire aussi : Libye : la France «réaffirme» son «soutien» à Sarraj


Sur le processus politique, le Président français a « rappelé au maréchal Haftar les engagements pris lors des rencontres internationales précédentes (…), notamment la mise en place d’une gouvernance de transition, l’unification des institutions libyennes et la préparation des élections demandées par le peuple libyen ». Il a également encouragé le maréchal Haftar « à veiller à leur mise en œuvre ».

Enfin, Emmanuel Macron a « exprimé son soutien aux Nations unies et a souhaité une étroite coordination avec les partenaires européens, africains et internationaux ».

Mardi, le Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU pour la Libye, Ghassan Salamé, a alerté le Conseil de sécurité sur la situation en Libye, affirmant que ce pays était sur le point de sombrer dans une guerre civile qui pourrait conduire à des “divisions permanentes“.

Il faudra des années pour réparer les dégâts déjà causés et ce n’est que si la guerre prenait fin maintenant“, a déploré M. Salamé, qui a fait un exposé au Conseil de sécurité sur les derniers développements des affrontements armés à Tripoli et ses environs.