L’Institut Mohammed VI pour la Formation des Imams, une œuvre grandiose par sa portée et son sens

L’Institut Mohammed VI pour la Formation des Imams, morchidines et morchidates est une œuvre grandiose par sa portée et son sens, a affirmé, vendredi le ministre des Habous et des Affaires islamiques, M. Ahmed Toufiq.

”La création de cet Institut est considérée par tout un chacun comme une œuvre créative et innovante dont Vous êtes, Majesté, l’Instigateur. Une œuvre qui n’a eu de cesse d’être applaudie dans les sphères officielles et populaires, tant pour ses objectifs que pour ses dimensions”, a souligné le ministre dans une allocution prononcée devant Sa Majesté le Roi à l’occasion de l’inauguration du projet d’extension de l’Institut Mohammed VI pour la Formation des Imams, morchidines et morchidates.

”L’Institut est véritablement une icône de Votre loyauté envers les exigences de la ‘Imama Suprême’ et un signal fort de la voie éclairée que Vous avez tracée afin de véhiculer la quintessence de la vérité de cette religion et la protéger de l’obscurantisme des ignorants, des extrémistes et des simulateurs qui cherchent à lui porter préjudice”, a indiqué M. Toufiq.

Au sujet de l’extension de l’Institut Mohammed VI pour la Formation des Imams, morchidines et morchidates, le ministre a indiqué que ce projet a été réalisé sur hautes instructions de Sa Majesté le Roi et qu’il vise principalement à élargir la capacité d’accueil et d’encadrement de l’Institut afin de lui permettre de mieux répondre aux demandes croissantes formulées par une pléiade de pays.


L’Institut a accueilli des étudiants originaires du Mali, de la Guinée Conakry, de la Côte-d’Ivoire, de la Tunisie, de la France, du Nigéria et du Tchad, a fait savoir le ministre, notant que le nombre de lauréats de l’Institut a atteint jusqu’à présent, 712 imams et prédicatrices de toutes ces nationalités, qui ont terminé avec succès leur formation fondamentale.

De même, 35 imams guinéens, 33 imams français, 107 imams nigérians, 79 imams tchadiens et 37 imams tunisiens ont bénéficié de formations de courte durée, dédiées aux imams qui officient dans les mosquées, a affirmé M Toufiq, rappelant que 778 étudiants étrangers poursuivent actuellement leurs cursus au sein de l’Institut.

Selon le ministre, les étudiants étrangers suivent la même formation dans les sciences de la charia et les sciences humaines. Mais ils sont regroupés par nationalité pour le cours d’histoire et des institutions de leurs pays d’origine, qui est encadré par un enseignant originaire du pays concerné.

La durée de formation prend en considération le niveau d’éducation des candidats, surtout en termes de maîtrise de la langue arabe. Pour les étudiants africains, la durée de formation est de deux ans alors qu’elle est de trois ans pour les étudiants français.


L’Institut organise aussi et en partenariat avec l’Office National de la formation Professionnelle, des formations à court terme au choix, et ce en matière d’électricité, de couture, d’agriculture et d’informatique.

Pour ce qui est des étudiants marocains, le ministre a noté que l’Institut, qui relève désormais de l’Université Al Quaraouiyine, accueille chaque année cent cinquante (150) étudiants, qui ont obtenu leur licence avec mention, et qui mémorisent le Saint Coran dans son intégralité, pour une formation de 12 mois, les habilitant à devenir des imams prédicateurs qui assistent d’autres imams dans l’exercice de leurs attributions.

L’institut accueille également des étudiantes avec les mêmes profils universitaires, qui mémorisent une bonne partie du Saint Coran, pour une formation de 12 mois qui les habilitent à devenir des prédicatrices au sein des mosquées et au sein des diverses institutions académiques et sociales, dans le but de diffuser les vrais préceptes de l’Islam et de répondre essentiellement aux questions des femmes.

M. Toufiq a, en outre, indiqué que sur ordre de SM le Roi, Amir Al Mouminine, Chef Suprême et Chef d’Etat-Major général des Forces Armées Royales, un département spécial a été créé au sein de l’Institut pour la formation des imams prédicateurs, lequel département accueille cent étudiants responsables de l’encadrement religieux des officiers et sous-officiers des Forces Armées Royales.


”En concertation avec le haut commandement des Forces Armées Royales, un projet de manuel de formation a été élaboré et il sera soumis à la haute appréciation du Souverain avant sa publication”, a annoncé le ministre.

Au sujet du contenu de la formation au sein de l’Institut, le ministre a indiqué qu’il vise essentiellement à apporter un complément d’informations au socle acquis en matière de sciences de la charia, de la linguistique, tout en proposant une introduction aux sciences humaines.

Il inclut aussi des études méthodologiques et des travaux pratiques en matière de rhétorique, de diction et de prédication, unanimement orientés vers la rectification des concepts religieux erronés, en conformité avec les vrais fondamentaux de l’Islam qui écartent les méandres obscures de l’extrémisme et de la radicalisation, et font valoir l’autorité de la Parole de Dieu dans Son Saint Coran, ainsi que la consécration de la bienveillance, de la piété et de l’éthique selon les enseignements du Coran, de la Sunna du prophète (paix et bénédiction sur lui), et le legs des érudits de cette Oumma.

La formation est encadrée par une élite d’oulémas imprégnés des grandes valeurs de la prédication protectrice des authentiques fondamentaux de la religion islamique, et conscients du contexte moderne qui requiert la sensibilisation et la conscientisation des gens quant aux choix auxquels la Oumma a adhéré sous la conduite éclairée de Sa Majesté le Roi et qui concilient la protection de la religion et la préservation de l’unité avec la marche constante vers le développement et le progrès.