L’Italien Salvini a déclaré que la France n’avait aucun intérêt à stabiliser la Libye

Salvini declare que la France n'a aucun interet dans la stabilité libyenne

Le vice-Premier ministre Matteo Salvini, poursuivant la guerre des mots entre Rome et Paris, a déclaré mardi que la France ne cherchait pas à calmer une Libye ravagée par la violence, ses intérêts énergétiques rivalisant avec ceux de l’Italie.

Les relations entre l’Italie et la France, traditionnellement étroitement alliés, sont devenues glaciales depuis que la Ligue d’extrême droite et le Mouvement des 5 étoiles antisystème ont formé une coalition l’année dernière et ont visé le président français pro-UE Emmanuel Macron.

Le ministère français des Affaires étrangères et le bureau du président français ont refusé de répondre immédiatement.

Lundi, la France a convoqué l’ambassadeur d’Italie après que le vice-premier ministre adjoint de M. Salvini, Luigi Di Maio, ait accusé Paris d’avoir créé la pauvreté en Afrique et de générer une migration de masse vers l’Europe.

Salvini a soutenu Di Maio, affirmant que la France cherchait à extraire des richesses de l’Afrique plutôt que d’aider les pays à développer leur propre économie, et a attiré particulièrement l’attention sur la Libye, en pleine tourmente depuis le soulèvement soutenu par l’OTAN en 2011, qui avait renversé l’homme fort Mouammar Kadhafi.

“En Libye, la France n’a aucun intérêt à stabiliser la situation, probablement parce qu’elle a des intérêts pétroliers opposés à ceux de l’Italie”, a déclaré Salvini à la chaîne de télévision Canale 5.


→Lire aussi: Le nationalisme c’est la vie

Une source diplomatique française a déclaré que ce n’était pas la première fois que Salvini faisait de tels commentaires et que c’était probablement parce qu’il estimait avoir été surclassé par Di Maio.

La source a ajouté que les accusations étaient sans fondement et a répété que les efforts de la France en Libye visaient à stabiliser le pays, à prévenir la propagation du terrorisme et à limiter les flux migratoires.

Le groupe italien Eni et le groupe français Total ont des joint-ventures séparées en Libye, mais le directeur général d’Eni, Claudio Descalzi, a démenti dans un entretien avec un journal l’année dernière qu’il existait un conflit entre les deux sociétés dans l’État nord-africain.


Salvini est à la tête de la ligue, tandis que Di Maio est en tête du classement 5 étoiles. Tous deux font campagne pour les élections législatives européennes de mai et ont hâte de montrer qu’ils ont rompu avec la politique consensuelle des partis de centre-gauche et de centre-droit.

Les deux hommes ont à plusieurs reprises pris pour cible la France voisine et ont accusé Macron de ne rien faire pour aider à la gestion des centaines de milliers de migrants, principalement africains, arrivés en Italie depuis la Libye ces dernières années.

Interrogé sur le dernier affrontement diplomatique avec Paris, Salvini a déclaré mardi : “La France n’a aucune raison de se fâcher, car elle a chassé des dizaines de milliers de migrants (à la frontière française), les abandonnant là-bas comme s’ils étaient des bêtes. Nous ne prendrons aucune leçon d’humanité de Macron. “

Avec Reuters.