L’offensive US contre Huawei risque d’être préjudiciable aux compagnies américaines

Huawei

Dans la foulée de l’escalade commerciale entre Washington et Pékin, l’administration américaine s’en est prise au géant chinois des hautes technologies Huawei, une offensive qui risque d’être préjudiciable aux compagnies US, selon des analystes cités par la chaîne d’information CNN.

Les nouvelles mesures américaines qui limitent les exportations vers Huawei pourraient coûter 11 milliards de dollars de pertes aux entreprises de la Silicon Valley, rapporte vendredi le média US sur son site internet.

Acteur incontournable des réseaux mobile et de la 5G, le deuxième fournisseur mondial d’équipements de télécommunication et deuxième vendeur de smartphones s’appuient sur des dizaines de firmes américaines spécialisées dans la technologie pour ses composantes clés. Cette semaine, Donald Trump a interdit aux réseaux de télécommunications américains de se procurer des équipements auprès de sociétés étrangères jugées à risque, une mesure qui vise particulièrement le géant chinois des télécommunications.

→ Lire aussi : Fuites de Huawei : le ministre de défense britannique limogé

D’après CNN, Huawei a acheté l’an dernier des composantes et des équipements pour 70 milliards de dollars, en provenance de 13.000 fournisseurs. Sur ce montant, environ 11 milliards de dollars ont été dépensés en produits de dizaines d’entreprises américaines, notamment des puces informatiques de Qualcomm et Broadcom et des logiciels de Microsoft et Google. Ces revenus sont maintenant menacés par la décision de l’administration Trump de placer Huawei sur une liste d’entreprises étrangères empêchées de recevoir des composants des exportateurs américains sans licence.


La décision met en danger “la société elle-même et les réseaux de clients de Huawei à travers le monde, dans la mesure où la firme serait incapable de mettre à niveau les logiciels et d’effectuer la maintenance de routine et le remplacement du matériel“, ont déclaré des analystes cités par le média américain. Soupçonnée d’espionnage au profit de Pékin, l’entreprise est depuis longtemps dans le viseur des autorités américaines.