A LA UNEMonde

L’UE regrette profondément l’impasse politique persistante au Liban

L’Union européenne (UE) a affirmé, vendredi, «regretter profondément l’impasse politique persistante au Liban», après l’annonce de la démission du Premier ministre désigné Saad Hariri.

«L’Union européenne prend note du fait que le Premier ministre désigné Saad Hariri s’est retiré de la formation du gouvernement. L’UE regrette profondément l’impasse politique persistante dans le pays ainsi que l’absence de progrès dans la mise en œuvre des réformes urgentes», indique le Haut représentant de l’UE pour la politique étrangère et la sécurité Josep Borrell dans une déclaration.

« Le Liban est resté sans gouvernement de pleins pouvoirs pendant près d’un an, ce qui a précipité une crise financière et économique sans précédent, avec des conséquences dramatiques sur la population libanaise », a déploré M. Borrel.

Le chef de la diplomatie européenne a souligné qu’«il est de la responsabilité des dirigeants libanais de résoudre la crise interne actuelle», notant que l’unité est nécessaire pour relever les multiples défis du pays et répondre aux aspirations légitimes du peuple libanais.

→ Lire aussi : Liban : Saad Hariri renonce à former un gouvernement

«L’UE appelle, une fois de plus, toutes les forces politiques libanaises à soutenir la formation urgente d’un gouvernement», ajoute la déclaration, notant que «les consultations parlementaires à cette fin devraient commencer sans délai».

Le Liban, poursuit, M. Borrell, «a besoin d’un gouvernement capable de mettre en œuvre des réformes économiques et de gouvernance et de se préparer aux élections de 2022, qui doivent avoir lieu dans les délais».

Il a également relevé qu’un accord avec le Fonds monétaire international (FMI) reste essentiel «pour sauver le pays de l’effondrement financier», notant que «la stabilité et la prospérité du Liban sont cruciales pour toute la région et pour l’Europe», avant de réitérer le soutien ferme de l’UE «au Liban et à son peuple, pour sa stabilité, sa sécurité, son intégrité territoriale, sa souveraineté et son indépendance politique».

Saad Hariri a annoncé, jeudi, qu’il renonçait à former un gouvernement, après sa rencontre avec le président Michel Aoun.

Lors d’une conférence de presse, M. Hariri a souligné qu’il n’est pas parvenu à un accord avec le président.

« Il est évident que nous ne serons pas capables de nous entendre avec son excellence le président« , a-t-il dit.

Près de neuf mois après la démission du gouvernement Diab, suite à l’explosion survenue au port de Beyrouth le 4 août 2020, le Liban a connu une impasse politique et un effondrement économique, sur fond d’échange d’accusations entre le président de la république et Saad Hariri d' »entraver » la formation d’un gouvernement.

( Avec MAP )

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page