L’UNESCO condamne le meurtre d’un journaliste au Pakistan

L’UNESCO

La Directrice générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay, a condamné, lundi, le meurtre d’un journaliste de presse écrite, survenu le 23 juillet à Barkhan, dans la province pakistanaise du Baloutchistan.

“Je condamne le meurtre d’Anwar Jan et j’appelle les autorités à conduire une enquête en profondeur. Les auteurs de ce crime doivent rendre des comptes afin d’envoyer le message selon lequel la censure des journalistes par la menace des armes ne reste pas impunie”, a déclaré Mme Azoulay, citée dans un communiqué.

La victime, qui travaillait pour le quotidien Naveed-e-Pakistan, rentrait chez lui à pied lorsqu’il a été pris pour cible par deux assaillants, rappelle-t-on.

L’UNESCO promeut la sécurité des journalistes au travers de mesures de sensibilisation mondiale, d’un renforcement des capacités, ainsi que par la mise en œuvre du Plan d’action des Nations Unies sur la sécurité des journalistes et la question de l’impunité.

L’organisation onusienne s’était dite préoccupée par les menaces sur la liberté de la presse en dépit de la baisse du nombre de journalistes tués en 2019.


L’Observatoire de l’Unesco sur les journalistes assassinés a enregistré 56 décès de mort violente en 2019, contre 99 en 2018, le bilan le plus faible depuis plus de dix ans.

Au total, l’UNESCO a recensé 894 assassinats de journalistes entre 2010 et 2019, soit une moyenne de près de 90 par an.