Manifestations au Chili: Plus de 20.000 mises en accusation depuis le 18 octobre

chili

Le Bureau du Procureur national du Chili a confirmé, samedi, plus de 20.000 mises en accusation pour divers crimes depuis le début de la flambée sociale le 18 octobre dernier.

Cependant, le nombre de personnes ayant subi une audition de contrôle de détention, une étape intervenant après la détention et avant l’accusation, a atteint 30.102, dont 20.217 ont finalement été mis en accusation de manière officielle, souligne la même source dans un bilan actualisé, relayé samedi par les médias.

De leur côté, les Carabiniers (police militarisée) ont indiqué qu’un total de 18.096 personnes ont été arrêtées au cours des derniers 44 jours de mobilisations sociales à l’échelle nationale.

De même, le Bureau du procureur a ouvert 2.670 enquêtes criminelles contre les forces de l’ordre pour violations présumées des droits humains, notamment des blessures par balle et des blessures graves résultant de l’utilisation de balles en caoutchouc, alors que l’on dénombre plus de 200 blessures aux yeux parmi les manifestants, selon la Croix rouge chilienne.

Le Chili connaît depuis le 18 octobre dernier une flambée sociale, axée notamment sur la demande d’un nouveau modèle socio-économique plus équitable, qui est entachée par des actes de violences, de pillages et de destructions de biens qui ont déjà fait au moins 23 morts et des milliers de blessés et de détenus.