Maroc/ Algérie : Le grand dérapage d’El Otmani

Maroc/ Algérie : Le grand dérapage d’El Otmani

Par Khadija Skalli

Le Chef du gouvernement a commis un impair diplomatique en s’exprimant sur les événements qui secouent l’Algérie. Alors que la position officielle du Royaume est la non-ingérence.

Saâd Eddine El Otmani a commis une gaffe diplomatique qui n’est pas digne d’un Chef de gouvernement. Lors d’un ftour organisé mercredi dernier dans sa résidence à Rabat, auquel ont été conviés des représentants de quelques médias nationaux, El Otmani s’est exprimé sur les événements qui agitent l’Algérie. Le SG du PJD a déclaré que « la première décision que devraient prendre les nouveaux dirigeants de l’Algérie est l’ouverture des frontières avec le Maroc », rapporte l’agence de presse turque Anadolu.

« Avec la nouvelle équipe dirigeante de l’Algérie voisine, nous espérons au moins trouver avec elle des solutions et qu’elle n’adoptera pas la même attitude hostile à l’égard du Maroc », renchérit-il. Et de poursuivre que « les relations avec le pays voisin ne seront pas pire qu’avant le renversement du régime d’Abdelaziz Bouteflika » et que « Les anciens dirigeants de l’Algérie étaient très hostiles à l’égard du Maroc ».

→ Lire aussi : Maroc-Algérie: “El Otmani n’a fait aucune déclaration officielle”

Les propos du Chef de l’Exécutif sont en déphasage avec la position officielle du pays. Le ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale Nasser Bourita n’a de cesse de répéter que « Le royaume du Maroc a décidé de s’en tenir à une attitude de non-ingérence par rapport aux récents développements en Algérie, et s’est abstenu de tout commentaire à ce sujet ». « Le Maroc n’a ni à se mêler des développements internes que connaît l’Algérie, ni à les commenter de quelle que manière que ce soit », insiste-t-il.

El Otmani rectifie le tir

Deux jours plus tard, Saâd Eddine El Otmani se rétracte. Le porte-parole du gouvernement se charge de cette mission. Mustapha El Khalfi affirme vendredi 17 mai, dans une déclaration à la MAP, que « le chef du gouvernement, Saâd Eddine El Otmani, n’a fait aucune déclaration officielle sur l’Algérie voisine et n’a exprimé aucune position du gouvernement marocain ».

El Khalfi ne nie pas les propos tenus par El Otmani, mais, souligne-t-il, qu’ils ont été dits dans un contexte privé. « Le Chef du gouvernement n’a lancé aucun appel, mais il a formulé un souhait pour l’ouverture des frontières entre les deux pays, et ce dans une discussion en privé en marge d’un Iftar ».

Du moment que le Chef de l’Exécutif invite la presse, il ne s’agit plus d’un cadre privé.

El Otmani n’est pas à sa première bourde diplomatique. L’on se rappelle sa rencontre hasardeuse avec le ministre des Affaires étrangères du Kosovo à New York, en septembre 2018.

Le Maroc n’a pas besoin de ce nouvel impair diplomatique, qui risque d’envenimer des relations déjà tendues avec son voisin.

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :