« Maroc PME » aspire à créer 135.000 emplois

L’Agence Nationale pour la promotion de la petite et moyenne entreprise (Maroc PME) aspire à créer 135.000 emplois pour un investissement de 22 milliards de dirhams, conformément aux objectifs affichés par la feuille de route de l’Agence en termes de création d’emplois, alignés sur les ambitions du Plan d’accélération industrielle, à la lumière du Cadre contractuel 2015-2020, signé le 13 juillet 2015 avec l’Etat.

Ces aspirations nécessitent la mise en place d’un nouveau modèle économique de l’Agence articulé autour de trois domaines clés, à savoir le développement de programmes d’appui alignés sur les écosystèmes et les territoires, la mise en synergie des partenaires pour relayer l’action de l’Agence en particulier dans les régions du Royaume, et la valorisation du rendement, des bonnes pratiques identifiées et autres réussites entrepreneuriales, relève le communiqué publié à l’issue de son Conseil d’administration tenu mardi, sous la présidence du ministre de l’Industrie, du Commerce, de l’Investissement et de l’Economie numérique, Moulay Hafid Elalamy.

Après une étape de consolidation des acquis enregistrés, depuis plus d’une décennie, en matière d’accompagnement des PME, l’Agence a entamé, en 2015, un nouveau cycle de développement en s’appuyant sur les retours d’expériences, sur le changement de paradigme en matière d’industrialisation, axé sur le développement d’écosystèmes compétitif et sur les spécificités des catégories d’entreprises, en particulier, les très petites entreprises.

Cette perspective est à inscrire dans la logique d’enrichissement de l’action de l’Agence autour de trois leviers: l’amélioration de la compétitivité des entreprises à fort impact, la contribution à une croissance inclusive et la promotion de l’entreprenariat, précise la même source, ajoutant que l’Agence s’est dotée, en 2015, d’une nouvelle identité visuelle “Maroc PME” marquant un changement de positionnement dans le paysage des organismes d’appui aux entreprises et suggérant que “l’Agence aura à jouer un rôle primordial de catalyseur“.
L’Agence est pourvue, depuis avril 2015, d’un nouvel organigramme aligné sur le modèle économique précité et conçu en cohérence avec une action appelée à se renforcer en termes de multiplicité des domaines d’intervention, d’élargissement des catégories d’entreprises ciblées et de montée en gamme des programmes d’appui.


Le capital humain fait l’objet d’une action à part entière, souligne l’Agence, notant, à cet égard, que la promotion interne est privilégiée et la formation continue des collaborateurs est considérée comme un levier essentiel de développement des compétences.
Dans ce sens, un partenariat de référence a été conclu, en décembre 2015, avec le Centre de formation international d’Al Akhawayn, ajoute la même source.

L’évaluation de l’impact des programmes, dispositif à part entière, intégré à la chaîne de valeur de “Maroc PME” est un maillon clé pour vérifier la pertinence desdits programmes à partir des impacts générés en termes de création d’emploi et d’amélioration des performances, ajuster le cas échéant, les actions d’appui, et mobiliser les financements requis par les programmes futurs.
Le recours au partenariat dans le déploiement des offres de “Maroc PME” est un levier essentiel pour la convergence institutionnelle des établissements publics visant la recherche de complémentarités pour une proposition de valeur globale lisible pour les entrepreneurs.

Le Conseil d’administration de l’Agence s’est déroulé en présence du ministre délégué chargé des petites entreprises et de l’intégration du secteur informel, Mamoune Bouhdoud.

Maroc Diplomatique avec MAP