Mise en œuvre de l’accord de Paris : Les réalisations du Maroc mises en lumière à la FAO

Youssef Balla

Les efforts consentis par le Maroc dans le cadre de la mise en œuvre de l’accord de Paris sur le changement climatique ont été mis en exergue, par l’ambassadeur Représentant Permanent du Royaume auprès des Agences de l’ONU à Rome, Youssef Balla, lors de la manifestation de haut niveau organisée par la FAO, lundi, pour célébrer le cinquième anniversaire dudit accord.

Intervenant lors de cette réunion en présence notamment du directeur général de la FAO, Qu Dongyu, le ministre italien de l’environnement, Sergio Costa, et Mme Laurence Tubiana, Ancienne «championne» de haut niveau pour le climat désignée par la présidence française de la COP21, M. Balla a exposé les lignes directrices de la démarche marocaine volontaire dans son effort d’adaptation et d’atténuation des effets du changement climatique, qui constitue l’un des piliers majeurs de sa Stratégie Nationale de Développement Durable, et qui lui a valu le classement parmi les trois meilleurs pays derrière la Suède et le Danemark au niveau de l’Indice de Performance Climatique dans le monde.

Le Royaume s’est inscrit dans l’effort international visant l’opérationnalisation de l’Accord de Paris et l’accélération de l’Agenda de l’Action, tout en capitalisant sur la dynamique et la mobilisation des acteurs clés, ainsi que les acquis et les progrès réalisés ces dernières années à différents niveaux, a ajouté l’ambassadeur.

« Cinq ans après l’adoption de l’Accord de Paris, nous faisons face à une crise sanitaire mondiale, qui pourrait non seulement se transformer en crise alimentaire, mais qui nous rappelle aussi la complexité de notre situation, liant la paix, les systèmes alimentaires, la sécurité alimentaire ainsi que les changements climatiques», a-t-il déclaré.

L’ambassadeur à souligné que cet événement tombe à point nommé, « à un moment où nous entrons dans la décennie de l’action pour la réalisation de l’Agenda 2030, et que nous sommes témoins de la mise en place d’instruments internationaux pour atteindre les objectifs de l’accord de Paris dont la réalisation constitue une composante essentielle vers la l’atteinte des ODD ».


Il a, dans ce sens, fait référence à l’action de Koronovia pour l’agriculture, le Partenariat de Marrakech pour l’action climatique mondiale, et l’initiative triple AAA, dont le but est « d’aider l’agriculture africaine à faire face aux effets néfastes des changements climatiques en mettant l’accent sur le sol, l’eau, les risques et le financement ».

M Balla a rappelé, en outre, que la COP22, organisée à Marrakech du 7 au 18 novembre 2016, baptisée action COP, a offert l’opportunité aux pays africains pour faire preuve de leadership dans la mise en œuvre de l’Accord de Paris, à travers les Contributions Déterminées au niveau National (CDN).

Il a évoqué dans ce cadre la signature le 4 novembre 2019, de l’accord de coopération entre le Maroc en tant que président de la Fondation pour l’adaptation de l’agriculture africaine aux changements climatiques et la FAO, visant à développer des plans d’investissements agricoles résilients au changement climatique en Afrique et à renforcer les capacités des décideurs africains, au niveau central et local, en matière d’identification, de développement et de mise en œuvre de stratégies d’adaptation au changement climatique.

M. Balla a réitéré, à ce propos, l’engagement du Maroc dans la lutte contre toutes les causes de l’insécurité alimentaires, notamment celle liées aux effets du changement climatique, tout en rappelant que « nous sommes engagés dans une cause commune, ce qui nécessite des actions communes et coordonnées ».


Les dirigeants du continent ont réagi de manière proactive avec la création du Comité des chefs d’État et de gouvernement africains sur le changement climatique (CAHOSCC) et le Groupe Africain de Négociateurs (AGN) sur le Climat qui a jusqu’ici considérablement influencé les négociations mondiales.

( Avec MAP )