La mise en œuvre du Programme Conjoint d’appui à l’ONDH est jugé “efficace et très satisfaisante”

 

 La mise en œuvre du Programme Conjoint d’Appui à l’Observatoire National de Développement Humain (ONDH) a été jugé “efficace et très satisfaisante” pour ses trois produits, a indiqué, vendredi à Rabat, le spécialiste en planification stratégique, évaluation du développement et gestion axée sur les résultats, Daniel Mikayoulou.

Présentant le rapport d’évaluation finale du Programme conjoint de l’ONDH et des Agences des Nations Unies au Maroc, lors d’une réunion du Comité du pilotage, le consultant international a relevé que le taux de réalisation global des cibles de la totalité des produits du programme est estimé à 85 pc à la fin de 2015, rappelant que ce Programme comprend trois produits: “Les outils de veille stratégique sont développés au niveau local et régional pour un meilleur ciblage des populations pauvres et vulnérables” (Produit 1), “Les capacités d’analyse et d’évaluation des politiques publiques de développement sont renforcées pour aider à la prise de décisions” (Produit 2) et “La communication, le partenariat et le plaidoyer pour le développement humain équitable et pour institutionnalisation de l’évaluation sont renforcées en harmonie avec la nouvelle constitution”.

S’agissant des taux de réalisation des trois produits, le produit 2 a enregistré le taux le plus élevé soit 93 pc, alors que les produits 1 et 3 ont réalisé respectivement un taux de 77 pc et 83 pc, a-t-il précisé.

La mise en œuvre du Programme conjoint a été également jugée efficiente par rapport aux trois produits avec un taux global d’exécution financière qui est passé de 81 pc à 79 pc en 2015, a noté M. Mikayoulou, ajoutant que le programme a consommé 68 % de son budget initial.


Le Programme conjoint est à sa 2-ème phase, ce qui témoigne de sa durabilité reposant essentiellement sur quatre ressorts, notamment le leadership national et l’appropriation du programme conjoint par les partenaires nationaux, son ancrage dans la mission ou le mandat et les attributions de l’ONDH, la contribution du gouvernement à son financement et le renforcement des capacités, a expliqué le consultant international.

Dans le cadre de son mandat en matière de renforcement des capacités nationales dans la planification, la promotion et la gestion du développement humain durable, le Système des Nations Unies apporte à travers ce programme un appui à l’ONDH créé en décembre 2006, suite à l’Initiative Nationale pour le Développement Humain (INDH) lancée en mai 2005.

Il s’assigne pour objectif d’aider l’ONDH à remplir pleinement sa mission de veille stratégique, de suivi et de mesure du développement humain de manière à permettre au Maroc d’atteindre les Objectifs de Développement du Millénaire, de mettre en place une expertise nationale et un réseau de partage du savoir sur le développement humain et de développer une stratégie de communication et de plaidoyer sur le développement humain au niveau national.

Le programme s’est doté d’un ciblage aux niveaux sectoriel (l’éducation, santé et logement), géographique (régions, communes et universités), du genre, des couches sociales ( jeunes, femmes et enfants) ainsi que des partenaires (le Conseil national de l’enseignement, le Conseil économique et social, le Conseil national d’évaluation des politiques publiques de développement social au Mexique (CONEVAL).


La réunion du Comité du pilotage du programme conjoint d’appui à ONDH vise à restituer les résultats de son évaluation pour la période 2012-2016. Cette rencontre se veut également une occasion de discuter des recommandations et des perspectives de partenariat à formuler pour les cycles ultérieurs du projet.

Cette réunion s’est déroulée en présence des représentants de l’ONDH, du ministère des Affaires étrangères et de la coopération, du système des Nations Unies au Maroc et des Agences des Nations Unies au Maroc, à savoir le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF), l’ONU-Femmes, le Fonds des Nations unies pour la population (FNUAP), l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et l’Organisation mondiale de la santé (OMS).