Nizar Baraka : L’INDH désormais l’un des leviers fondamentaux du modèle de développement

L’Initiative Nationale pour le Développement Humain (INDH), de par sa philosophie, son approche, sa gouvernance et ses acquis, s’érige désormais en l’un des leviers fondamentaux du modèle de développement, dans ses volets de solidarité et d’intégration, dont le Maroc continue d’instaurer les bases à pas sûrs, a assuré, mercredi à Rabat, le président du Conseil économique, Social et Environnemental (CESE), Nizar Baraka.

S’exprimant lors d’un atelier international organisé, deux jours durant, par le ministère de l’Intérieur, en collaboration avec la Banque Mondiale, sur « Les politiques publiques de lutte contre la pauvreté et l’exclusion », M. Baraka a relevé que l’INDH a adopté « une nouvelle approche en matière de mise en œuvre des politiques sociales, basée sur la transversalité des programmes sectoriels, la coordination des interventions au niveau territorial et l’interaction avec les attentes de la population et les acteurs au niveau des zones ciblées dans la cristallisation et l’implémentation des projets de développement ».

L’objectif étant, a-t-il poursuivi, de hisser le niveau de leur efficacité, de consacrer la responsabilité du citoyen dans la prise d’initiative et la participation dans l’effort de lutte contre la pauvreté, l’exclusion, et la marginalisation au niveau local.
Dans ce sens, M. Baraka a rappelé le rapport thématique que le CESE avait élaboré sur l’INDH, qui a souligné le lien étroit entre l’initiative en tant que valeurs, objectifs et gouvernance participative ciblant l’homme, et le référentiel des critères et objectifs prônés par le CESE, visant l’instauration d’une nouvelle charte sociale.

L’INDH offre à l’ensemble des citoyens, d’une façon juste et équitable, les chances d’intégration, de promotion et de réussite de son projet personnel et, en conséquence, la participation, via ce succès personnel, dans le progrès et le développement auquel aspire sa communauté, a-t-il dit lors de cet atelier organisé à l’occasion du 11è anniversaire de l’INDH.
Selon le président du CESE, l’INDH est consciente de l’ampleur des nouveaux défis et enjeux posés aux niveaux national et international, en capitalisant sur les acquis de la Constitution de 2011 et du nouveau paradigme de développement que le Royaume aspire à mettre sur pied au profit de tout un chacun, ajoutant que les différentes politiques publiques, notamment sociales, sont appelées à intégrer ce paradigme dans la mise en œuvre de leurs stratégies et plans, en impliquant les citoyens dans les différentes étapes de ce processus.


A cet égard, M. Baraka a relevé que l’INDH est appelée à s’impliquer dans l’accompagnement de la mise en œuvre de la régionalisation avancée, en intégrant ses projets dans les plans de développement des communes et régions, tirant profit en cela de l’expertise cumulée en matière de proximité, de participation et de contractualisation entre l’Etat, les élus et la société civile, dans le dessein d’améliorer l’intégration des politiques sectorielles et de les implanter au niveau territorial au service de la population et de ses besoins.

Il a mis l’accent, dans ce contexte, sur l’impératif d’une articulation efficace et efficiente entre l’INDH, le fonds de mise à niveau sociale, le fonds de solidarité interrégionale et le fonds de développement rural et des zones de montagne avec son plan intégré et ambitieux étalé sur les sept prochaines années, soulignant que l’INDH est également appelée à contribuer à relever le pari des engagements internationaux du Maroc en ce qui concerne l’agenda des objectifs du développement durable à l’horizon 2030.

Sous cet angle, il convient, selon M. Baraka, de réfléchir sur l’enrichissement des objectifs et programmes de l’INDH, en prévoyant les mesures relatives aux changements climatiques, notamment celles concernant l’efficience halieutique et énergétique et l’usage des énergies renouvelables, l’amélioration des capacités, des comportements et des pratiques humaines et institutionnelles visant la réduction des effets du changement climatique et ce, en cohérence et en coordination avec la stratégie nationale pour le développement durable.

Cet atelier international a pour objectifs d’approcher les différentes expériences menées au niveau international en matière de lutte contre la pauvreté et l’exclusion et d’échanger ensemble pour co-construire et apporter des éléments de réponses aux questionnements qui seront traités à travers des thématiques telles “Approches participatives: comment évoluent-elles et comment les institutionnaliser?”, “Pérennité des projets: comment l’assurer dans les approches participatives?”, “Approche genre et jeunes”, “Evaluation des résultats: comment évaluer les résultats auprès des bénéficiaires et mettre en œuvre l’évaluation d’impact?”.


Les travaux de cet atelier, qui connait la participation de 10 pays étrangers, comprend des panels dans lesquels les intervenants vont présenter leurs expériences articulées autour des thématiques de l’atelier. De même, une foire dédiée aux activités génératrices de revenu exposant les produits de terroir de 170 coopératives sera organisée du 18 au 23 mai en marge de cette manifestation.