Ouverture de la 15e Session du Comité Exécutif de CGLU Afrique en marge de la COP22

Le lancement des travaux des réunions statutaires de CGLU Afrique organisées en marge de la COP 22 a été effectif ce vendredi 11 novembre 2016 à  Marrakech, avec l’ouverture des travaux de la 15e session du comité exécutif de l’organisation.

Dans son allocution M. Fouad El Omari, Président de l’Association Marocaine des Présidents des Conseils Communaux (AMPCC) a indiqué que les maires africains doivent saisir l’occasion de la COP22 pour défendre l’intérêt des villes dans la lutte contre les changements climatiques. Il s’est par ailleurs, félicité du renforcement du rôle de l’Afrique au niveau de la gouvernance locale mondiale avec l’élection du Sud-Africain M. Parks Tau à la présidence de CGLU. «Je félicite le président Parks Tau au nom du Royaume du Maroc», a précisé M. Omari.

Pour sa part, le Président de CGLU Afrique M. Khalifa Sall a présenté ses remerciements aux autorités de la ville de Marrakech qui abrite la COP22. «Cela caractérise l’engagement du Maroc en faveur de la gouvernance mondiale. Je remercie le Roi Mohammed 6 pour son soutien constant en faveur de CGLU Afrique», a-t-il déclaré. M. Sall a relevé le fait que le «Comité Exécutif se tient à un moment important de la vie du mouvement local mondial. L’Afrique est à la tête de l’organisation mondiale. Nous devons faire en sorte qu’en Afrique le mouvement local soit plus assis et plus considéré». Il a ainsi félicité M. Parks Tau, nouveau Président de CGLU et Mme Rose Christiane Ossouka Raponda, maire de Libreville, élue Vice-Président mondial de CGLU pour l’Afrique.

Les réunions de CGLU Afrique devront servir adopter définitivement les statuts de l’organisation, seul point à l’ordre de jour de l’Assemblée Générale extraordinaire prévue ce dimanche 13 novembre 2016. Elle sera précédée ce samedi 12 novembre par la réunion du Conseil Panafricain de CGLU Afrique et la réunion des autorités traditionnelles africaines autour de leur engagement en faveur de la mise en œuvre de l’Accord de Paris.


La position des participants à ces différentes rencontres sera portée au Sommet des Elus Locaux et Régionaux pour le climat du lundi 14 novembre, pour le compte de la participation de la partie africaine.