Paris regrette la décision de pays africains de quitter la CPI

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault a regretté jeudi la décision de l’Afrique du Sud, de la Gambie et du Burundi de quitter la Cour pénale internationale (CPI) et a mis en garde contre un “processus risqué”.

“Nous le regrettons”, a dit le chef de la diplomatie à la presse en marge d’une conférence sur les opérations de maintien de la paix à Paris. “C’est un processus risqué, nous ne désespérons pas que la raison l’emporte car je crois que notre monde, incertain et instable, a besoin de droits, et il ne faut pas s’exonérer des règles de droit”.

L’Afrique du Sud, la Gambie et le Burundi ont annoncé ces derniers jours leur intention de quitter la CPI, accusant notamment la juridiction internationale de ne poursuivre que les pays africains.