Les partenaires de l’Afrique saluent la teneur de la Déclaration du Sommet africain de l’action

Les représentants de haut niveau des partenaires de l’Afrique se sont hautement félicités de la teneur de la Déclaration du ‘’Sommet africain de l’action’’, qui s’est tenu, mercredi à Marrakech, sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, en marge de la Conférence mondiale sur le climat (COP22), exprimant leur gratitude et leur estime au Souverain pour son initiative d’organiser ce sommet.

Ainsi, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a mis l’accent sur l’importance de la tenue de ce sommet à l’invitation de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, louant le leadership du Souverain dans le cadre de ce sommet et celui de la COP22.

S’exprimant au terme de la lecture de la Déclaration du sommet africain de l’action, en présence des représentants de haut niveau des partenaires africains, à savoir la France, les Etats-Unis, la Chine, le Japon, l’Inde, le Conseil de Coopération du Golfe, l’Union européenne, les Nations unies, la Banque mondiale et la Banque africaine de développement, le SG de l’ONU a fait savoir que ce sommet a permis de mettre la lumière sur les enjeux à relever par le continent africain dans le sillage des efforts internationaux visant à lutter contre le réchauffement climatique et à faire face au dérèglement climatique à travers l’accord de Paris, qui est déjà entré en vigueur.

Il a fait part, dans ce cadre, de l’appui de l’ONU à l’initiative africaine relative aux énergies, annoncée lors de la COP21 à Paris l’année dernière, appelant à s’engager avec force dans l’initiative relative au renforcement des capacités d’adaptation aux changements climatiques en Afrique et à nouer des partenariats public-privé dans la perspective d’une économie et d’une énergie propres.


De son côté, le Président français, François Hollande, a salué l’initiative de SM le Roi Mohammed VI de convoquer ce sommet africain en marge de la COP22 afin de débattre des défis auxquels le continent africain fait face, soulignant que l’Afrique est le continent le plus impacté par les effets des changements climatique alors qu’il n’est pas responsable des émissions des gaz à effet de serre.

Il a relevé, dans ce sens, que l’Accord de Paris sur le climat, qui est entré en vigueur, se base sur une justice climatique et requiert des Etats riches de soutenir les pays pauvres et de mobiliser les financements promis à ce sujet (100 milliards de dollars), affirmant l’urgence d’œuvrer en vue de permettre aux populations africaines d’accéder à l’énergie et à l’électricité, dans la dignité, d’autant plus, poursuit-t-il, que le destin de l’Afrique est lié à celui de l’Europe et que son développement contribue à renforcer la sécurité du vieux continent.

Et de noter que son pays veillera à favoriser l’accès de l’Afrique à l’énergie, à cet effet, à financer quelque 240 projets prévus dans ce cadre, ajoutant qu’il s’agira également de soutenir la BAD dans le financement de projets continentaux et de centres de formation pour la qualification et la promotion des compétences, d’accorder un grand intérêt à la sécurité alimentaire et de soutenir l’action de l’Agence française de coopération en Afrique.

Pour sa part, le ministre saoudien de l’Environnement, de l’eau et de l’agriculture, Abderrahmane bin Abdelmohcine Al-Fadli, représentant du Conseil de Coopération du Golfe à ce sommet africain, a salué la tenue du Sommet africain de l’action et de la COP22 sur le sol marocain, notant que le Royaume constitue, de par ses succès, une source de fierté à la fois pour le monde arabe et pour le continent africain.


Le sommet africain de l’action, a-t-il indiqué, est une opportunité de consolider les relations arabo-africaines, de renforcer la coopération entre les deux parties et d’établir un partenariat bilatéral constructif, mais aussi d’échanger les points de vues autour des questions d’intérêt commun et sur l’avenir de la coopération arabo-africaine, notamment avec les pays du Golfe.

M. Al-Fadli a réaffirmé, en ce sens, la disposition des Etats arabes du Golfe à contribuer à la mise en œuvre de la Déclaration du sommet africain de l’action en vue d’atteindre les Objectifs du développement durable (ODD) de l’ONU et ceux de l’Accord de Paris sur les changements climatiques.

Il a également fait état de la conviction des pays du CCG que l’Afrique, de par son potentiel économique et ses richesses naturelles, offre de réelles opportunités d’un partenariat de développement économique et social, notant que les résultats du sommet africain de l’action ouvrent de nouveaux horizons pour les relations avec le continent.

De son côté, le ministre chinois de l’Environnement, Chen Ji Ning, a tenu à remercié SM le Roi Mohammed VI pour l’organisation réussie de la COP22, relevant que l’Afrique se trouve au cœur de la problématique mondiale du climat.


Il a également mis en avant l’importance de la coopération Sud-Sud pour faire face aux défis climatiques sur le continent africain, invitant à rejoindre la ‘’Green Initiative’’ lancée par son pays pour faire face au problème du changement climatique.

A son tour, le président de la Banque africaine de développement (BAD), Akinwumi Adesina , a adressé ses vifs remerciements à SM le Roi Mohammed VI pour l’initiative royale de la tenue d’un Sommet africain de l’action, se félicitant du contenu de la Déclaration de cette rencontre de haut niveau.

ºIl a également fait état du soutien de la BAD aux décisions du sommet, lesquelles devraient, a-t-il, favoriser le développement durable en Afrique et l’accès à l’énergie, appelant à travailler avec les différents partenaires pour la mise en œuvre de ces décisions.