Pénurie de sang au Maroc : les réserves de produits sanguins chutent de 50%

sang

Le don de sang reste, à ce jour, la seule chance de soigner certains patients et certaines pathologies. C’est pourquoi, il ne doit jamais s’arrêter, peu importe la saison. La générosité des donneurs est donc indispensable, chaque jour, car la durée de vie des produits sanguins est limitée.  Au Maroc, le besoin quotidien en poches de sang est  estimé à 1000 dons par jour pour pouvoir satisfaire les besoins des malades. Toutefois, depuis le début de la Covid-19, notre pays a enregistré une diminution importante du nombre de dons de sang.

A l’occasion de la journée Nationale des Donneurs de Sang, placée sous le slogan : « Le don de sang est la responsabilité de tous» et que le Maroc célèbre, chaque année, le 05 décembre, le Centre National de Transfusion Sanguine et d’Hématologie (CNTSH) rappelle que les besoins en produits sanguins persistent, au cours de cette période de pandémie, qui ne doit pas être un obstacle aux citoyens marocains pour accomplir le geste noble de don de sang, tout en respectant les mesures préventives. Surtout que le don de sang prévient certaines pathologies, notamment les maladies cardio-vasculaires, les accidents vasculaires cérébraux (AVC), favorise la régénération des cellules et du système de circulation sanguine et réduit le taux de fer dans le sang qui serait potentiellement un facteur à risque.

Il faut savoir que la pandémie a freiné le don de sang au point que les réserves de produits sanguins ont chuté de 50%. Par conséquent, seuls quelque 500 dons sont effectués par jour au niveau national, en raison de l’abstention des donneurs à cause des mesures restrictives imposées par la pandémie, alors que le besoin quotidien en poches de sang au niveau national est estimé à 1000 dons par jour pour pouvoir satisfaire les besoins des malades.

Avant la crise du Coronavirus, la situation du don de sang au Maroc était pratiquement stable. Chiffres à l’appui, en 2019, le total des dons était de 334.510 soit une augmentation de 4% par rapport à 2018, avec un plus de 13.174 dons. Ce qui représente une augmentation de 7% et également notée par rapport à l’objectif fixé en 2019 avec un plus de 24.184 dons. Cependant, cette année, le Maroc est en cours d’atteindre le 1% qui est le pourcentage des dons par rapport à la population générale, et en 2019, ce pourcentage était de 0.99 %. La moyenne nationale des donneurs volontaires est de 93%, ce qui laisse près de 7% de dons comme dons de compensation.


Dans ce sillage, le CNTSH encourage ses partenaires nationaux, œuvrant dans le domaine de don de sang, à participer en collaboration avec les centres de transfusion à l’élaboration d’un programme national de collectes de sang ciblant, pour chaque région, l’autosuffisance en produits sanguins.

Cela dit, le Maroc dispose actuellement d’un stock de 3.225 poches de sang, ce qui correspond à trois jours de consommation, alors que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande de constituer un stock de sécurité équivalent à la consommation de sept jours, appelant ainsi les citoyens à se mobiliser “face à la gravité de la situation”, auprès des différents sites de transfusion au niveau national pour renflouer les stocks et atteindre de nouveau le seuil de sécurité.

Notons que le CNTSH est une institution nationale rattachée au ministère de la Santé et chargée de la mise en œuvre de la politique nationale en matière de transfusion sanguine et d’hémovigilance. Avec pour première mission l’organisation de la politique transfusionnelle du Royaume et la promotion du don de sang, le CNTSH se charge également de former le personnel médical et paramédical en transfusion sanguine, d’améliorer, de mettre au point et de diffuser les techniques transfusionnelles, ainsi que d’assurer la qualité et la sécurité transfusionnelle.