Pneumonie en Chine: une transmission entre humains “pas exclue”

pneumonie
pneumonie

Le risque que la mystérieuse pneumonie virale touchant actuellement la Chine soit transmissible entre humains est “faible” mais “pas exclu”, ont annoncé, mercredi, les autorités sanitaires chinoises.

“Aucune preuve explicite de transmission entre humains n’a été découverte” depuis le début de cette épidémie liée à un nouveau coronavirus, a souligné la Commission municipale de l’hygiène et de la santé de Wuhan dans un communiqué.

“La possibilité d’une transmission limitée entre humains ne peut être exclue, mais le risque d’une transmission inter-humaine continue est relativement faible”, ajoute la même source, précisant que l’une des 41 malades recensés à Wuhan (centre), la ville où l’épidémie a débuté, a peut-être été contaminée par son mari.

Alors que l’époux en question travaillait sur un marché de gros de fruits de mer, où la plupart des cas ont été détectés jusqu’à présent, sa femme dit ne jamais s’y être rendue. Le marché est fermé depuis le 1er janvier, sur décision des autorités.

→ Lire aussi : Chine : L’épidémie de pneumonie virale fait un premier mort

Selon la Commission municipale de l’hygiène et de la santé, la majorité des patients porteurs du virus était des hommes, la plupart d’un certain âge.

La maladie a déjà fait un mort, d’où des craintes d’une réapparition d’un virus de type Sras, qui avait tué quelque 650 personnes en Chine continentale et à Hong Kong en 2002-2003.

Par ailleurs, la maladie a été diagnostiquée chez une femme originaire de Wuhan lors de son arrivée en Thaïlande, a annoncé, mardi, l’Organisation mondiale de la santé (OMS), citant les autorités thaïlandaises.

A Hong Kong, les autorités ont renforcé leurs mesures de détection, avec notamment des points de contrôle des températures à destination des voyageurs arrivant dans le territoire semi-autonome.

Selon les autorités hongkongaises, 71 personnes s’étant rendues à Wuhan récemment ont été hospitalisées souffrant de fièvre et de problèmes respiratoires, mais 60 ont été autorisées à sortir et le virus n’a été diagnostiqué chez aucune d’entre elles.