Poutine ordonne une mobilisation partielle, met en garde l’Occident contre le « chantage nucléaire »

Le président russe Vladimir Poutine a ordonné, mercredi, la première mobilisation de la Russie depuis la Seconde Guerre mondiale, assurant que son pays était prêt à répondre au « chantage nucléaire » de l’Occident avec tous les moyens disponibles.

« Si l’intégrité territoriale de notre pays est menacée, nous utiliserons tous les moyens disponibles pour protéger notre peuple – ce n’est pas du bluff« , a déclaré Poutine lors d’une allocution télévisée à la nation après avoir signé un décret sur la mobilisation partielle.

Dans ce discours, annoncé un temps pour la veille avant d’être reporté à mercredi pour des raisons inconnues, le président russe a précisé que « les activités de mobilisation commencent aujourd’hui », en rassurant les quelque 300 000 conscrits qu’ils recevraient un salaire et une sécurité sociale comme les soldats professionnels qui combattent en Ukraine.

Seuls les citoyens ayant servi dans les forces armées et ayant une expérience militaire et de combat seront soumis à la conscription. Ils suivront une formation militaire supplémentaire, mais les conscrits ne seront pas envoyés en Ukraine.

Assurant que « la Russie utilisera tous les moyens à sa disposition », M. Poutine a toutefois admis que l’armée russe, qui n’utilise jusqu’à présent que des armes conventionnelles, est en difficulté car la ligne de front s’étend sur plus de 1 000 km.

Lire aussi : La Russie participera au sommet du G20 (Poutine)

Selon lui, « les principaux objectifs de l’opération militaire spéciale restent inchangés – la République populaire de Lougansk est complètement libérée, et la République populaire de Donetsk est partiellement libérée. »

Outre l’Ukraine, le président russe s’en est pris aux pays occidentaux qui tentent, a-t-il dit, “d’affaiblir, de diviser et de détruire notre pays« .

« Ils ont directement dit cela en 1991 lorsqu’ils ont réussi à diviser l’URSS, et maintenant le temps est venu pour la Fédération de Russie elle-même de se désintégrer en de nombreuses régions en guerre », a-t-il déclaré.

Le discours de M. Poutine intervient après que l’armée russe ait essuyé des revers face à des contre-offensives ukrainiennes dans les régions de Kherson (sud) et de Kharkiv (nord-est), où les forces de Moscou ont été contraintes de céder beaucoup de terrain.

Le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, a déclaré mercredi que l’armée russe avait perdu 5.937 soldats depuis le début de l’offensive, un bilan officiel bien supérieur au précédent, mais très en deçà des estimations ukrainiennes et occidentales qui font état de dizaines de milliers de pertes.

Sur le terrain, les combats et les bombardements faisaient toujours rage mercredi, les autorités ukrainiennes accusant la Russie d’avoir à nouveau bombardé le site de la centrale de Zaporijjia (sud de l’Ukraine), la plus grande d’Europe.

Avec MAP

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page