ban600
credit agricol

Présentation à Tokyo des efforts du Maroc en matière de lutte contre l’extrémisme et le modèle innovant de la politique migratoire du Royaume

Présentation à Tokyo des efforts du Maroc en matière de lutte contre l’extrémisme et le modèle innovant de la politique migratoire du Royaume

Assia Bensalah Alaoui, Ambassadeur Itinérant de Sa Majesté le Roi, a mis en avant récemment au Japon les efforts du Maroc en matière de lutte contre l'extrémisme et le modèle innovant de la politique migratoire du Royaume, à l'occasion de deux conférences à l’Institut Japonais des Affaires Internationales (14ème Think-tank au niveau mondial) et à l’Institut Japonais du Moyen-Orient (MEIJ).

Mme Bensalah Alaoui a ainsi exposé les éléments de réussite du Maroc dans le domaine de la lutte contre l'extrémisme, et son modèle innovant en matière de politique migratoire devant plusieurs représentants du Ministère des Affaires Etrangères, des médias et du monde des affaires japonais.

Dans son intervention à l’Institut Japonais des Affaires Internationales sur "les répercussions de l’instabilité en Afrique du Nord et au Sahel sur le terrorisme, la question migratoire et des réfugiés et sur les relations Euro-Méditerranéennes", Mme Assia Bensalah Alaoui a d’abord brossé un vaste tableau de la situation dans ces régions, en se focalisant sur le "continuum de l’insécurité : Libye/ Sahel".

La persistance des conflits, voire le chaos dans cet espace aux frontières mal contrôlées, a-t-elle fait observer, a favorisé les activités intenses et les liens étroits entre les réseaux de "jihadistes" et de trafics en tous genres, où le trafic des migrants est en passe de dépasser celui des armes.

A cet égard, elle a procédé à l’analyse des facteurs qui contribuent au succès du modèle développé par le Royaume pour faire face à ces pressions croissantes, notamment le rôle stabilisateur de la Monarchie et de l’Institution de la Commanderie des Croyants, garantissant un Islam modéré dans le pays, la stratégie multidimensionnelle de la sécurité au Maroc centrée sur la prévention et alliant le développement inclusif aux aspects opérationnels renforcés par de nombreuses réformes et la politique marocaine "généreuse" en matière d’immigration.

En effet, en plus des bourses d’études, dont profitent des milliers de jeunes subsahariens, le Maroc a lancé, depuis 2014, une vaste opération de régularisation des migrants, soutenue par la société civile, qui multiplie les initiatives visant la promotion de la culture de tolérance vis-à-vis des migrants, a-t-elle fait savoir.

Elle a en outre déploré que la question migratoire, aussi importante soit elle pour les Européens, accapare le devant de la scène Euro-Méditerranéenne, et par delà, la relation Europe-Afrique, et "cannibalise" d’une certaine manière l’ensemble des relations, sans pour autant apporter des réponses constructives à cette problématique.

→ Lire aussi : “MEMOIRE DU PEROU: PHOTOGRAPHIES 1890-1950” du 13 au 30 septembre 2018 à Tanger

Lors de sa deuxième conférence, Mme Assia Bensalah Alaoui a exposé l’expérience marocaine en matière de lutte contre le terrorisme, relevant que ne se contentant pas de la simple réponse sécuritaire, le Royaume adopte une approche multidimensionnelle qui conjugue les réformes des volets politique et des droits humains, socio-économique, éducatif et religieux.

Ainsi, face aux défis sécuritaires et migratoires de la région, notamment la situation au Sahel et l’activisme des réseaux terroristes, affiliés à "Al-Qaeda dans le Maghreb Islamique" et aussi dans une moindre mesure à "Daech", le Maroc a considérablement amélioré la gouvernance de ses appareils sécuritaires, dans le respect du choix démocratique, en totale harmonie avec la Constitution de 2011 et renforcé et étendu les réformes initiées, a-t-elle expliqué.

Elle a souligné les efforts déployés pour atteindre le développement durable inclusif et l’emploi des jeunes, qui demeurent à son avis le meilleur moyen pour prévenir la radicalisation des plus vulnérables.

A cet égard, Mme Assia Bensalah Alaoui, également vice-présidente de l’association d’amitié Maroc-Japon, a salué le rôle des investissements japonais au Maroc.

Elle a aussi affirmé que pour endiguer la radicalisation, la Commanderie des Croyants et les institutions religieuses jouent un rôle primordial dans la promotion d’un Islam modéré.

Dans ce cadre, la réforme de la formation des Imams et des Mourchidates à l’Institut Mohammed VI, tant pour le Royaume que pour ses nombreux partenaires étrangers qui le souhaitent, a constitué une avancée remarquable, a-t-elle fait observer.

Au niveau de la coopération internationale en matière de lutte contre le terrorisme et l’extrémisme, Mme Bensalah Alaoui a rappelé que le Maroc est devenu le partenaire incontournable dans la région pour plusieurs pays européens et africains.

Pour sa part, M. Akitaka Saiki, Président du MEIJ, et Ancien Vice-Ministre japonais des Affaires Etrangères, a souligné la nécessité d’unifier les efforts internationaux en matière de lutte contre le terrorisme, en souhaitant voir le Maroc et le Japon coopérer davantage dans ce sens.

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire

top
%d blogueurs aiment cette page :