Présidentielle américaine: Le décompte continue, l’incertitude plane déjà

Présidentielle

Alors que le décompte des voix de l’élection présidentielle américaine continue dans les Etats clés du nord du pays, le spectre d’une longue bataille juridique commence déjà à hanter les esprits des Américains.

Aucun des deux candidats à la Maison Blanche n’a encore réussi à a atteindre le seuil des 270 nécessaires du collège électoral pour remporter la victoire. Mais dans une déclaration tard dans la nuit de mardi, Donald Trump s’est déclaré vainqueur alors que son rival démocrate Joe Biden a exprimé sa confiance aux partisans. “Honnêtement, nous avons gagné l’élection”, a dit le candidat républicain tout en réclamant que “tous les votes cessent” et exprimé son intention de saisir la Cour suprême.

Dans un bref discours dans la nuit de mardi à mercredi, Joe Biden a exhorté à la patience et affirmé qu’il était “optimiste” quant au résultat une fois que tous les votes auraient été comptés. “Ce n’est ni à moi ni à Donald Trump de déclarer qui a remporté cette élection”, a déclaré l’ancien vice-président, ajoutant que “c’est la décision du peuple américain”. Le président Trump a remporté une série de champs de bataille clés tôt mercredi matin, notamment la Floride, l’Ohio et l’Iowa.

Mais la course reste encore serrée dans les trois États industriels du nord – le Wisconsin, le Michigan et la Pennsylvanie – qui pourraient s’avérer cruciaux pour déterminer qui remportera la Maison Blanche.

M. Biden, qui a assuré la victoire dans l’Etat pivot de l’Arizona, a exprimé sa confiance qu’il finirait par l’emporter dans ces principaux États du Nord mais le décompte des voix pourrait trainer et les mises en garde de Trump risque de porter l’élection devant la Cour suprême où il a conforté la majorité conservatrice en nommant trois juges pendant son mandat. Le décompte des voix se poursuit régulièrement au-delà du jour du scrutin, et chaque Etat fixe les règles concernant la fin du décompte. Les retards signalés dans les livraisons du courrier par poste et les règles disparates de dépouillement des votes propres à chaque Etat accru la probabilité du retard dans l’annonce du vainqueur.


En Pennsylvanie, le gouverneur Tom Wolf, a tweeté que son État avait plus d’un million de bulletins de vote à compter et qu’il “a promis aux Pennsylvaniens que nous compterions chaque vote et c’est ce que nous allons faire”. Lors de cette élection présidentielle, plus de 100 millions d’électeurs ont voté par courrier ou par vote d’anticipation. Il s’agit d’un record dans un scrutin historique à bien des égards, à commencer par le contexte de la pandémie de coronavirus qui a dominé de bout en bout la campagne électorale.

Farouche opposant au vote par correspondance, le président Trump a fréquemment remis en question l’équité du scrutin et en soulevant la perspective de troubles. La dernière fois que le résultat de l’élection n’a pas été annoncé à l’issue du jours du vote, c’était en 2000. Le républicain George W. Bush n’a été alors déclaré vainqueur face au démocrate Al Gore qu’au terme d’une bataille juridique en Floride. L’affaire a finalement été tranchée par la Cour suprême en faveur de Bush qui a remporté l’État par 537 voix, 37 jours après l’élection.

( Avec MAP )