Rachid Tamek: La question du Sahara n’aurait jamais existé, n’était-ce l’obstination de l’Algérie