Les relations maroco-sénégalaises : une forte impulsion renouvelée pour un avenir prometteur

L’année 2016 a constitué un nouveau jalon des relations historiques, séculaires et distinguées liant le Sénégal et le Maroc et qui ne cessent de se consolider davantage au fil des ans.

Qu’il s’agisse de la politique, de la diplomatie, de l’économie, des liens religieux ou des prestations sociales solidaires, l’année 2016 a été l’occasion de préserver les acquis du passé et d’aborder sous de bons auspices l’avenir de ces liens exemplaires, consacrant ainsi la volonté des deux Chefs d’Etat, SM le Roi Mohammed VI et Son Excellence le président Macky Sall de faire de l’axe Rabat-Dakar un exemple à suivre en matière de relations Sud-Sud.

Fait saillant des relations diplomatiques entre les deux pays, la décision de SM le Roi Mohammed VI d’adresser, pour la première fois dans l’histoire, le discours historique commémorant le 41è anniversaire de l’épopée de la Marche Verte depuis la capitale sénégalaise Dakar, un geste fort en symbolique et valeurs traduisant la communion des deux peuples marocains et sénégalais et la convergence de vue des deux pays.

« J’ai aussi choisi le Sénégal au regard de la place particulière qu’il occupe en Afrique (…). A cela s’ajoutent les relations de fraternité, de solidarité et de communauté de destin, qui unissent, à travers l’histoire, les peuples sénégalais et marocain », avait indiqué le Souverain dans ce discours historique.

Le Président sénégalais Macky Sall avait estimé, de son côté, que «le fait d’avoir choisi un pays autre que le Maroc, un pays africain, aujourd’hui le Sénégal, pour y prononcer un discours historique traditionnel, est symbolique de la nature de la relation» entre le Maroc et le Sénégal, ajoutant dans une déclaration aux médias qu’il s’agit là d’«une marque d’amitié, une marque de confiance faite au peuple sénégalais».

Et comme à l’accoutumée, la particularité des relations maroco-sénégalaises sur le plan diplomatique a trouvé son écho en 2016 à travers l’appui du Sénégal au Royaume après l’annonce faite par le Souverain du retour du Maroc aux instances de l’Union africaine.

Le président sénégalais avait salué cette décision, affirmant dans ce sens « je fais partie des chefs d’Etat qui ont demandé au royaume de faire tout son possible pour rejoindre notre famille » africaine.

Ce soutien inconditionnel du Sénégal aux causes du Maroc ne date pas d’hier et ne reflète pas, non plus, une position de circonstance, mais fait partie des constantes de la politique extérieure sénégalaise, à travers les différents présidents qui se sont succédé à la magistrature suprême au pays de la Téranga, chose qui avait été d’ailleurs affirmée par le ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur, Mankeur Ndiaye.

Il avait déclaré, il y a quelques mois, que les relations entre le Maroc et le Sénégal sont ‘’l’un des piliers fondamentaux de la stabilité de la diplomatie sénégalaise. C’est important et ça ne date pas d’aujourd’hui. Depuis le président Léopold Sédar Senghor, en passant par les présidents Abdou Diouf, Abdoulaye Wade et aujourd’hui le président Macky Sall’’.

Outre le côté diplomatie, les liens religieux entre les deux pays se sont consolidés davantage en 2016 puisque le Maroc avait pris part à deux grands évènements religieux tenus au Sénégal, en l’occurrence le Magal de Touba de la confrérie mourides (20 novembre) et le Gamou (Aid Al Mawlid) 2016 organisé par la tariqa tijania (12 décembre).

La participation du Royaume à ces deux évènements a été largement saluée par les responsables des deux confréries. Elle exprime, en effet, la volonté du Royaume de promouvoir un islam tolérant à travers tout le continent. D’ailleurs, SM le Roi Mohammed VI, Amir Al Mouminine, veille lors de chaque visite royale au Sénégal ou dans un autre pays africain à accomplir la prière du vendredi dans ces pays et à faire don d’exemplaires du Saint Coran (Mushaf Al Mohammadi), démonstration, une fois de plus, des liens religieux profonds entre le Maroc et le Sénégal, mais également avec tout le continent.

Par ailleurs, la création de la Fondation Mohammed VI des Ouléma africains est une étape phare dans le processus de consolidation des liens religieux entre les deux pays, dont le conseil supérieur que SM le Roi Mohammed VI Amir Al Mouminine a présidé la cérémonie d’installation en juin dernier à Fès, comprend des Alem du Sénégal, qui contribueront sans nul doute à côté de leurs frères marocains et africains à faire répandre les vraies valeurs de l’Islam et en assurer la promotion à grande échelle.

Des Alem, experts et responsables de confréries soufies au Sénégal avaient salué cette « initiative louable » dont les conséquences positives ne feront que servir l’Islam modéré.

D’autres l’ont qualifiée même d' »évènement phare » du 21è siècle en raison de la mission assignée à cette fondation, à savoir promouvoir un islam tolérant et « faire face aux thèses d’extrémisme, de repli sur soi et de terrorisme que certains pseudo-prédicateurs colportent au nom de l’Islam », comme l’a souligné SM le Roi dans son discours à l’occasion de la cérémonie d’installation des membres du Conseil supérieur de la Fondation Mohammed VI des ouléma africains.

Le volet économique n’est pas en reste dans le cadre de ces relations distinguées entre les deux pays frères. L’année 2016 a été marquée ainsi par la poursuite de l’action dans le cadre du groupe d’impulsion économique maroco-sénégalais créé en 2015 et la signature de plusieurs conventions de partenariat économique entre les secteurs public et privé et privé-privé des deux pays.

L’année 2016 a connu également l’organisation de plusieurs missions de prospection économique menées par Maroc-Export, dont la mission BtoB qui a constitué, selon ses initiateurs, une occasion propice pour mettre en avant les potentialités énormes offertes dans différents secteurs par les professionnels économiques marocains et sénégalais.

Etant donné que la promotion des économies des Etats africains dans le cadre d’une approche gagnant-gagnant constitue une partie intégrante de la politique extérieure du Royaume et nécessite, en conséquence, de consolider les actions sur le terrain et joindre l’acte à la parole, SM le Roi a lancé plusieurs projets au Sénégal qui consacrent le souci du Royaume de partager son expertise avec ses frères « sans arrogance, ni sentiment de colonisation » comme l’avait souligné le Souverain dans une interview accordée récemment à la presse malgache.

Plusieurs sont donc les domaines relatifs aux projets et initiatives que SM le Roi a lancés personnellement lors de Sa dernière visite au Sénégal en novembre dernier, comprenant le lancement du plan d’aménagement du poulpe au profit du Sénégal, d’un partenariat pour l’accompagnement de la petite agriculture et du milieu rural au Sénégal et du projet de création d’un Centre de formation dédié à l’entreprenariat, autant de projets consacrant l’engagement sans équivoque du Royaume en faveur d’une coopération Sud-Sud forte, agissante et solidaire.

Dans le sillage de cette dynamique multidimensionnelle qui a caractérisé les relations maroco-sénégalaises en 2016, le volet social et la dimension solidaire n’ont pas été négligés non plus, puisque le Souverain a procédé, lors de Sa dernière visite au Sénégal, à la remise d’un don de médicaments au profit du Conseil national sénégalais de lutte contre le SIDA, une nouvelle expression de la volonté de SM le Roi de contribuer à l’amélioration des conditions de santé et de vie des populations vulnérables et à la création des conditions nécessaires à la réalisation d’un développement humain durable.

Cette solidarité en matière de santé s’est manifestée également lors de la réunion de la commission mixte entre la Fondation Lalla Salma – Prévention et Traitement des cancers et la Fondation  »Servir le Sénégal », présidée par Mme Marième Faye Sall, Première Dame de la République du Sénégal, les 13 et 14 juillet dernier à Dakar, une réunion au cours de laquelle le vice-président de la Fondation « Servir le Sénégal », M. Alioune Badara Sall s’est félicité du plein engagement de la Fondation Lalla Salma- Prévention et Traitement des cancers pour l’accompagnement du programme de lutte contre cette maladie dans son pays.

C’est dire que l’année 2016 n’a pas dérogé à la règle et a constitué un prolongement des relations maroco-sénégalaises et une nouvelle étape dans le processus de renforcement des liens bilatéraux que les leaders des deux pays envisagent de promouvoir constamment dans les différents domaines.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page