Séoul accuse Pyongyang d’avoir tenté de voler des bitcoins

La Corée du Nord est soupçonnée d’être à l’origine de tentatives récentes de piratage contre des plateformes sud-coréennes d’échange de monnaies cryptographiques, a rapporté mercredi l’agence sud-coréenne Yonhap.

La police a conclu à la responsabilité de Pyongyang après avoir enquêté sur des cyber-attaques lancées contre des dizaines de comptes email d’employés travaillant pour quatre plateformes d’échange de devises virtuelles.

La Corée du Nord est soumise à de dures sanctions de l’ONU à cause de ses programmes nucléaire et balistique. Les spéculations selon lesquelles elle se tourne vers la crypto-monnaie pour obtenir des fonds vont bon train.

Les pirates nord-coréens se faisant passer pour des chargés de sécurité ont envoyé des emails contenant des programmes malveillants à ces employés entre juillet et août, ajoute Yonhap.


Ces emails ont été envoyés d’une adresse IP déjà connue pour avoir servi dans des tentatives de piratage imputées à la Corée du Nord, selon les enquêteurs cités par l’agence. Cependant, aucun ordinateur n’a été compromis et rien n’a été volé, ajoute l’agence.

La Corée du Sud est l’un des principaux carrefours mondiaux pour les échanges de monnaie virtuelle. La plateforme Bithumb, basée à Séoul, est classée numéro un pour la devise Ethereum.