Talents cosmopolites-Yohan Epain de Châtellerault : « ma peinture est une manière de communiquer avec l’univers »

Talents cosmopolites-Yohan Epain de Châtellerault : « ma peinture est une manière de communiquer avec l’univers »

 Nous ouvrons une rubrique art et culture aux talents étrangers, dans le cadre de notre vocation – et finalité aussi – d’incarner un journal positionné sur l’activité internationale.

Aussi, sommes-nous heureux de publier une petite interview, réalisée sur le vif par notre ami Lionel Deyna, poète, critique littéraire et artistique, philosophe à ses heures sur un peintre talentueux : Yohan Epain dont le parcours est original. Il vient de la région de Vienne en France.

« J’ai eu le plaisir de faire la connaissance de Yohan Epain, l’année dernière grâce à l’exposition « l’ombre d’un doute » à Châtellerault où nous exposions tous les deux.  Beaucoup de talent, de la créativité et aussi un grand respect pour les autres artistes qu’il soutient…et puis j’aime les gens qui vivent leur art comme un art de vivre. Merci Yohan. Une belle rencontre, amicale et artistique. »

Lionel Deyna


Lionel Deyna  : Bonjour Yohan Epain, avant toute question voudriez vous vous présenter ?

Yohan Epain : – Je m’appelle Yohan Epain, j’ai 42 ans et je suis artiste peintre. Je vis actuellement à Châtellerault dans le département de la Vienne . Je suis originaire de l’île de la Réunion.

Quelle est votre formation ? :

– Je suis entré aux Beaux Arts en 1995 . Le cursus dure cinq ans . J’ai fait les deux premières années aux Beaux Arts de la Réunion et les trois dernières à l’ École Supérieure des Beaux Arts et de l’Architecture de Marseille .


Y a t-il un événement particulier dans votre vie qui vous a donné envie de vous exprimez par la peinture ?

– Tout à fait ! C’est suite à une rencontre avec un jeune professeur d’arts plastiques au lycée, Monsieur Fruteau. Ce professeur sortait juste des beaux arts. Ça a été une rencontre décisive pour moi puisque c’est grâce à cette rencontre que j’ai pris la décision de faire les Beaux Arts.

>>Lire aussi : Serbie-Maroc: Don d’une selle remontant à 80 ans au Musée des Arts Africains à Belgrade

Est ce qu’il y a dans votre parcours de peintre des artistes ou des personnalités qui vous ont inspiré ou  influencé ou encore vous ont fait prendre un chemin plutôt qu’un autre ?


– Tout à fait. Il y a toujours des artistes qui nous influencent. Pour moi, il y a eu Jackson Pollock ,Yves Klein , Jean Louis Delbes que j’ai eu la chance de côtoyer. Ce sont de belles rencontres, de belles découvertes qui m’ont fait prendre le chemin que j’arpente aujourd’hui.

Pouvez vous m’expliquer comment vous travaillez ?

– Je travaille avec de l’eau, c’est une peinture de dilution. Je dilue la peinture et je travaille physiquement avec le tableau. A une période,je disposais la peinture sur les toiles et après je les manipulais pour créer toute sorte de réseaux superposés . Aujourd’hui la technique est différente. C’est toujours une peinture de dilution mais après avoir posé mes couleurs j’interviens uniquement avec de l’eau ; d’où ces tracés qu’on aperçoit sur les toiles.Ce sont d’ailleurs pour moi une métaphore des réseaux de communication.

Qu’est ce que vous chercher à exprimer dans votre peinture ?


–  Ces peintures sont à la fois des paysages et des prétextes à communiquer par la peinture. On est dans le domaine de l’émotion, ce sont des œuvres abstraites . J’ai une sensibilité personnelle qui n’est pas forcément celle des autres. Les gens ont leur propre émotions qui viennent se juxtaposer à mon élan créateur .