Une nouvelle étude américaine confirme les bienfaits du jeûne sur la santé

étude
étude

S’abstenir de manger pendant 16 à 18 heures par jour pourrait être essentiel pour traiter une variété de problèmes de santé et améliorer la longévité, souligne une nouvelle étude américaine publiée jeudi dans le New England Journal of Medicine.

Selon cette revue des études antérieures réalisées sur les animaux et les humains, le jeûne intermittent (deux jours par semaine) peut réduire la pression artérielle, aider à perdre du poids et améliorer la longévité.

L’étude montre que manger sur une période de 6 à 8 heures et jeûner pendant 16 à 18 heures peut déclencher une commutation métabolique d’une énergie basée sur le glucose à une énergie basée sur la cétone.

Pour ses auteurs, l’étude se veut une sorte de feuille de route permettant aux médecins de prescrire le jeûne comme méthode de prévention ou de traitement de l’obésité, du cancer, du diabète et des maladies cardiaques.

L’auteur de l’étude Mark Mattson, professeur de neurosciences à l’Université Johns Hopkins à Baltimore, met l’accent sur deux types: alimentation quotidienne à durée limitée (manger 6-8 heures par jour et jeûner pendant 16-18 heures) et jeûne intermittent “5:2” (jeûner deux jours par semaine, plafonnant généralement un jour de jeûne à 500 calories).


La plupart des Américains ne jeûnent pas par intermittence (la norme est de trois repas par jour plus des collations) et les médecins sont donc moins enclins à envisager le jeûne comme solution à un large éventail de problèmes de santé, selon l’étude qui conseille aux médecins de surveiller leurs patients tout au long du jeûne intermittent et d’augmenter progressivement la durée et la fréquence du jeûne pour guider leur transition.

Le jeûne intermittent a été étudié chez les rongeurs et les adultes en surpoids pour améliorer la santé à plusieurs plans, bien qu’il ne soit pas clair si ces avantages sont le résultat d’une perte de poids.

Alterner entre jeûner et manger peut améliorer la santé cellulaire, a déclaré Mattson, très probablement en déclenchant une commutation métabolique.

Dans la commutation métabolique, les cellules utilisent leurs réserves d’énergie et convertissent les graisses en énergie – basculant ainsi du stockage des graisses à l’économie des graisses.


Les résultats du jeûne intermittent varient selon l’efficacité du régime alimentaire, mais certaines études chez les animaux et les humains ont lié la pratique à des vies plus longues, à des cœurs plus sains et à une meilleure cognition.

L’article évoque le cas des habitants de l’île japonaise d’Okinawa, connus pour leur longévité extrême et leur régime alimentaire faible en calories et riche en nutriments. Leur jeûne intermittent pourrait contribuer à leur longévité et à l’absence de l’obésité, ont postulé les auteurs.

Les chercheurs pensent que le jeûne intermittent améliore aussi la résistance à l’insuline, ce qui peut stabiliser la glycémie.

Les résultats d’une petite étude de 2018 ont révélé que trois hommes atteints de diabète de type 2 ont pu arrêter de prendre de l’insuline après avoir perdu du poids à cause du jeûne intermittent – des résultats qui contredisent la croyance largement répandue que le diabète est incurable.


Une étude précédente (co-écrite par Mattson) a montré que le jeûne intermittent peut aussi augmenter la résistance au stress en optimisant la fonction cérébrale et la neuroplasticité, ou la capacité du cerveau à s’adapter pour se développer tout au long de sa vie.

Et en 2009, une étude a révélé que les personnes âgées qui étaient soumises à un régime hypocalorique ont montré une amélioration de la mémoire verbale par rapport à deux autres groupes qui n’avaient pas jeûné.

La fonction physique s’est même améliorée pour certains patients. Une étude de jeunes hommes qui ont jeûné tous les jours pendant 16 heures a montré qu’ils ont perdu de la graisse et conservé des muscles tout en effectuant des entraînements de résistance pendant deux mois.