USA: Les étudiants étrangers inscrits à des cours entièrement en ligne devront quitter le pays

étudiants

L’agence américaine de l’immigration et des douanes (ICE) a annoncé lundi que les étudiants internationaux aux États-Unis dont les écoles passent aux cours en ligne pour le semestre d’automne devront quitter le pays ou risquer de violer leur statut de visa.

En vertu de la nouvelle règle, les ressortissants étrangers inscrits dans des établissements d’enseignement américains devront quitter le pays à moins qu’une partie de leur charge de cours cet automne soit prise en personne.

Le programme Student and Exchange Visitor Program (SEVP) avait permis aux étudiants étrangers de suivre leurs cours de printemps et d’été 2020 en ligne tout en restant aux États-Unis, en réponse à la pandémie de COVID-19.

SEVP, l’institution qui établit les règles pour les visas d’étudiant, est dirigée par ICE, qui est généralement dédiée à l’application des lois sur l’immigration.

Dans son annonce, le SEVP a déclaré que les étudiants étrangers qui ne sont pas transférés dans des programmes en personne et restent aux États-Unis pendant qu’ils sont inscrits à des cours en ligne pourraient faire face à “des conséquences sur l’immigration, y compris, mais sans s’y limiter, le lancement d’une procédure de renvoi”.


Les étudiants qui suivent des programmes en personne seront autorisés à rester dans le pays, tandis que les écoles proposant des cours hybrides en ligne et en personne devront certifier que leurs programmes ne sont pas entièrement en ligne.

Les étrangers titulaires d’un visa d’étudiant ne sont généralement pas autorisés à suivre plus d’un cours en ligne alors qu’ils se trouvent aux États-Unis. ICE, qui établit les règles pour les programmes de visa étudiant F et M, avait accordé des dérogations temporaires pour le printemps et l’été en raison du coronavirus.

Plusieurs collèges et universités des États-Unis – plus récemment Harvard – ont annoncé leur intention de déplacer la plupart ou tous les cours en ligne cet automne en raison de la pandémie de Covid-19. De nombreux établissements dépendent fortement des frais de scolarité des étudiants internationaux.