A LA UNECoronavirus

USA: les hôpitaux à l’épreuve du très contagieux variant Omicron

Le principal conseiller de la Maison Blanche sur la crise sanitaire, Dr Anthony Fauci, a indiqué qu’avec la nouvelle vague épidémique causée par le variant Omicron en cette période hivernale, l’attention devrait plutôt être focalisée sur le nombre croissant d’hospitalisations que sur l’augmentation des cas de Covid-19.

« Au fur et à mesure que vous avancez et que les infections deviennent moins graves, il est beaucoup plus pertinent de se concentrer sur les hospitalisations plutôt que sur le nombre total de cas« , a précisé l’éminent expert en maladies infectieuses.

Déjà mis à rude épreuve par le variant Delta, les hôpitaux dans diverses parties des Etats-Unis sont confrontés à une hausse du nombre de patients infectés par le très contagieux variant Omicron, ainsi qu’une pénurie de personnel médical.

Au cours de la semaine dernière, le pays a enregistré en moyenne plus de 400.000 cas par jour, soit le triple par rapport à il y a deux semaines, selon des données du New York Times.

→ Lire aussi : USA: plus de 2.000 vols annulés dimanche à cause d’Omicron et des intempéries

Les hospitalisations ont cependant augmenté de 33%, à 92 300, tandis que les décès ont baissé de 4% à une moyenne de 1 249 par jour.

Aucune donnée n’est disponible néanmoins sur combien d’hospitalisations concernent des patients infectés par Omicron plutôt que par le variant Delta, qui, selon les scientifiques, est nettement plus virulent.

L’Organisation mondiale de la santé avait alerté, il y a une semaine, que le variant Omicron va provoquer une forte hausse des hospitalisations à travers le monde parallèlement à une flambée de cas enregistrée dans de nombreux pays. Selon les dernières données des autorités sanitaires américaines, portant sur la semaine se terminant le 25 décembre, Omicron représente plus de 58% des nouveaux cas contre plus de 41% pour Delta.

Pour le Dr Fauci, la préoccupation n’est pas tant les cas légers ou asymptomatiques d’Omicron mais plutôt le nombre de personnes atteintes d’infections graves ou mortelles.

Tout en rappelant que jusqu’à présent, les vaccins et les rappels semblent offrir une protection contre les maladies graves menant à l’hospitalisation, il s’est dit « très préoccupé par les dizaines de millions de personnes qui ne sont pas du tout vaccinées car même si beaucoup d’entre elles vont devenir asymptomatiques et légèrement symptomatiques, un bon nombre d’entre elles vont contracter une maladie grave« .

(Avec MAP)

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page