ban600

Une économie à bas carbone est nécessaire pour le développement des entreprises africaines

Une économie à bas carbone est nécessaire pour le développement des entreprises africaines

Une économie à bas carbone et résiliente aux changements climatiques est aujourd’hui une nécessité pour le développement des entreprises africaines, a affirmé, jeudi à Casablanca, Salaheddine Mezouar, président de la 22e conférence des parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP22).

Intervenant à l’occasion de l’ouverture de la 1-ère édition du Forum Entreprises Climat Maroc de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), M. Mezouar a expliqué que l’économie à bas carbone s’impose aujourd’hui compte tenu de la vulnérabilité du continent africain aux changements climatiques, relevant qu’elle présente aussi une opportunité de redéfinir un modèle de développement propre à même d’accélérer une co-émergence continentale inclusive et solidaire.

Le président de la COP22 a soutenu que “les entreprises africaines ont beaucoup à apprendre et beaucoup à enseigner, dans une logique de coopération Sud Sud, continentale et fraternelle, notamment en ce qui concerne les changements climatiques”, soulignant que ce forum, placé sous le thème “La nouvelle économie à bas carbone et résiliente au changement climatique : opportunités pour les entreprises africaines”, offre un espace propice à de tels apprentissages et enseignements mutuels.

Par ailleurs, M. Mezouar a fait observer que l’engagement du secteur privé ne se limite pas à des considérations d’atténuation des changements climatiques, aussi importants que soient cet élément, mais couvre également l’adaptation aux changements climatiques et des considérations plus larges de développement, de création d’emploi et de diversification économique.

Il a, dans ce sens, estimé que la transition requise des économies africaines pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris fournit une opportunité positive et substantielle pour une prospérité accrue et un développement durable, ajoutant que ces opportunités sont nombreuses pour les entreprises africaines.

Selon les organisateurs, ce Forum ambitionne de faire le point sur l’évolution de la problématique du climat et son impact sur les acteurs économiques, mais aussi de créer un cadre d’échange et de partage pour les patronats africains, autour de leurs visions, initiatives et actions climat.

L’ouverture de cette première édition a été marquée par la signature d’un mémorandum d’entente entre le Secrétariat d’état auprès du ministère de l’énergie, des mines et du développement durable, chargé du développement durable et la CGEM.

Par ailleurs, la première réunion du Réseau Marrakech Business Action For Climate “MBA4 Climate” aura lieu en marge du forum. Elle sera consacrée à l’organisation et au mode de fonctionnement du réseau et aux actions à mener en vue de la participation du secteur privé à la COP23.

Créé par la CGEM lors de la COP22, le réseau MBA4Climate compte aujourd’hui 46 patronats mobilisés pour la mise en œuvre de l’Accord de Paris, l’accompagnement des gouvernements à tenir leurs engagements pris dans le cadre de cet accord et la promotion de l’émergence de la nouvelle économie verte qui se dessine.

Le forum “Entreprises Climat Maroc” s’inscrit dans le cadre de l’initiative lancée par la confédération en octobre dernier et qui porte le même nom. Il s’agit d’une vision climat du secteur privé visant à renforcer les capacités des entreprises dans la Gouvernance Climat, pour qu’elles puissent accéder à l’économie à bas carbone et résiliente au changement climatique. Le plan d’action 2017/2018 de cette initiative comprend 44 actions et événements.

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire